Des fleurs ont été déposées en bordure des rails, près de la station Fallowfield.

Autre problème au passage à niveau de Fallowfield

Les signaux au passage à niveau près de la station Fallowfield, lieu de la collision mortelle entre un train de Via Rail et un autobus OC Transpo, ont éprouvé des problèmes mécaniques à deux reprises mardi.
La dernière défaillance aux mécanismes d'avertissement automatiques s'est produite vers 21h mardi soir. Des équipes de techniciens ont été dépêchées sur les lieux pour effectuer les réparations nécessaires. Les correctifs ont été complétés vers 22h45.  
Plus tôt en matinée, vers 6h30 les feux clignotants de ce même passage à niveau, situé entre l'avenue Woodroffe et le chemin Greenbank à Barrhaven, avaient également éprouvé des difficultés.
Les autobus d'OC Transpo ont initialement été détournés du Transitway. La circulation a toutefois été rétablie, une fois les réparations apportées.
«À l'heure actuelle, nous n'avons pas encore déterminé la cause précise, a informé Mylène Bélanger, porte-parole de Via Rail. Les trains continuent à circuler, mais nous sommes soumis à une restriction  qui ordonne au chef de train d'effectuer un arrêt complet aux abords du passage à niveau en question. Le mécanicien de la locomotive doit aussi sortir de la cabine et les signaleurs surveillent pour assurer la sécurité de tous.»
Mme Bélanger rappelle que tous leurs passages à niveau subissent une inspection hebdomadaire. Selon la porte-parole, 98% de l'infrastructure ferroviaire utilisée par Via Rail appartient toutefois à un tiers. L'entreprise est cependant responsable du passage à niveau problématique d'Ottawa.
«La sécurité et la sûreté de nos passagers sont d'une importance capitale, assure la porte-parole. C'est dans notre ADN.»
Depuis l'accident mortel du 18 septembre dernier, où six personnes ont perdu la vie, quatre incidents se sont produits où des autobus d'OC Transpo ont franchi ce même passage à niveau pendant que les feux de signalisation clignotaient, mais que les barrières n'étaient pas encore abaissées.  
Un autre incident est survenu  le 11 février dernier lorsque l'une des barrières ne s'est pas relevée et que les feux ont continué de clignoter après le passage d'un train.
De tels bris mécaniques se produiraient fréquemment aux dires des experts de l'industrie. Ceux d'Ottawa seraient particulièrement sous les projecteurs en raison de l'accident tragique de l'automne dernier.