C’est encore une fois une histoire de portes qui a causé le bris de service sur la ligne de la Confédération du train léger, mercredi, à Ottawa.

Autre bris de portes, autres retards majeurs pour le train léger

Pour une deuxième journée consécutive, les gestes d’un passager qui a ouvert de force une porte sur le point de se refermer est à l’origine des retards monstres de l’O-Train durant l’heure de pointe matinale, confirme le directeur général d’OC Transpo, John Manconi.

Les images captées par des caméras de surveillance à la station Lyon montrent clairement un individu courir dans les escaliers, au moment où les signaux signalant le départ imminent du train vers la prochaine station s’allument. Juste avant que la porte se ferme complètement, cette personne a tiré pour rouvrir les portes.

« Ne touchez pas aux portes, un autre train va arriver dans 5 minutes, indique le président de la Commission du transport en commun d’Ottawa, Allan Hubley. Ce n’est pas comme avec un autobus où, si vous le ratez, vous devez attendre 30 minutes avant que le prochain arrive. »

À LIRE AUSSI: Importants retards pour le train léger d'Ottawa en raison d'un bris de portes

M. Manconi souligne que les procédures ont été revues au courant la journée mercredi. Si un autre bris de porte survient, la priorité sera de relancer le service le plus rapidement possible. Si la porte ne peut être refermée rapidement par des techniciens, les wagons seront vidés de leurs passagers pour envoyer le train au garage, plutôt qu’occuper une voie à la station où l’incident s’est produit.

« Nos usagers méritent mieux et ils ont tous les droits d’être frustrés, affirme le grand patron d’OC Transpo. Nous n’allons pas lancer la serviette. Opérer un changement de cette envergure n’est pas facile, mais nous y arriverons. »

John Manconi indique que de la signalisation sera ajoutée rapidement pour rappeler aux usagers de ne pas obstruer les portes du train léger.

Si l’enjeu persiste, toutes les solutions sont sur la table pour éviter d’autres heures de pointe chaotiques comme celles de mardi et mercredi matin, soutient le président de la Commission du transport en commun de la Ville d’Ottawa, Allan Hubley. Ça inclut le retour d’un service d’autobus en parallèle vers le centre-ville.

Le directeur général d’OC Transpo ajoute également que le calibrage des portes se poursuivra au cours des prochains jours pour s’assurer qu’elles restent ouvertes assez longtemps pour permettre aux passagers d’embarquer et débarquer, sans retarder le réseau. Des tests seront également conduits sur l’ensemble des portes pour s’assurer que les mécanismes de sécurité ne soient pas trop sensibles.

Le maire d’Ottawa, Jim Watson, s’est dit mécontent que les passagers de l’O-Train aient dû composer avec d’autres importants retards mercredi.

« Nous sommes désolés, ce niveau de service est absolument inacceptable », peste M. Watson.

Le directeur général d’OC Transpo, John Manconi, n’était pas à la réunion du conseil municipal d’Ottawa mercredi matin, même si plusieurs conseillers avaient des questions au sujet des problèmes des derniers jours.

« Je préférais qu’il soit dans les bureaux d’OC Transpo à travailler sur des solutions », explique le maire d’Ottawa.