Autobus détournés sur Albert: une solution inacceptable

La grogne ne cesse de croître chez les résidents de la rue Albert à Ottawa. Ils dénoncent la décision de la Ville de détourner tous les autobus du Transitway, entre les stations Bayview et Booth, sur leur rue à compter de l'automne 2015, et ce pour trois ans, pour permettre la construction du train léger au centre-ville.
«Ce sont 2500 autobus par jour qui y circuleront, dont environ 250 par heure lors des périodes de pointe», déplore Michael Powell, président de l'Association communautaire de Dalhousie.
Ce dernier explique que plusieurs résidents du quartier ont fait part de leurs inquiétudes. Il s'explique mal comment la Ville a imposé ce changement, sans consultation.
«C'est rare que la Ville ne nous consulte pas. Pourtant, dans ce cas, le projet a un impact majeur sur la communauté», ajoute-t-il.
La municipalité a tenu une rencontre publique le 3 décembre dernier pour obtenir le pouls des résidents.
«Ce n'était pas une consultation publique, c'était une session d'information. Ils ont présenté un fait accompli», déplore toutefois la conseillère du quartier, Diane Holmes, qui appuie les doléances de ses résidents.
La doyenne du conseil municipal rappelle que ses collègues avaient mandaté les fonctionnaires municipaux, en 2010, de trouver une solution pour assurer une circulation fluide des autobus pendant la construction du train léger.
«Le personnel n'en a aucunement tenu compte. Ils ont plutôt opté pour la solution la moins dispendieuse et la plus sale de dumper tous les autobus sur la rue Albert. Les autobus passeront à 15 mètres des chambres à coucher de certains résidents. C'est inconcevable», rage-t-elle.
Rassemblement
M. Powell et une quarantaine de résidents ont tenu un rassemblement, tôt mercredi matin, aux coins des rues Albert et Preston. Ils gardent espoir qu'un revirement de situation surviendra d'ici la fermeture du Transitway.
«Nous voulions démontrer à la Ville que nous sommes très préoccupés. Notre objectif est d'empêcher que tous ces autobus passent à cet endroit sans les envoyer dans une autre communauté. Il y a d'autres alternatives où ils peuvent circuler sans déranger des résidents, tels le Queensway et la promenade (Sir John A. MacDonald) où il n'y a aucune maison. La proposition actuelle est inacceptable. Il serait très facile de faire mieux», soutient M. Powell.
Mme Holmes confirme que le personnel municipal cherche à trouver une solution.
«Mais comme ils n'ont pas porté attention à la requête du conseil municipal en 2010, les résidents de mon quartier demeurent très cyniques à l'endroit de la Ville.»