Selon OC Transpo, avec les trajets d’autobus qui seront considérablement réduits une fois que le train léger sera mis en service dans quelques mois, l’occasion pourrait être belle à moyen et long terme de se tourner vers de tels autobus.

Autobus 100% électrique: premier test pour OC Transpo

Un autobus 100 % électrique, prêté à OC Transpo par l’entreprise Nova Bus, pourra être aperçu dans les rues d’Ottawa au cours de la prochaine semaine. La société de transport souhaite tester cette technologie de l’avenir.

Si l’expérience s’avère concluante, le transporteur public de la capitale pourrait donc emboîter le pas à la Société de transport de Montréal, qui a acquis quatre de ces véhicules l’an dernier et en ajoutera trois autres à sa flotte d’ici la fin 2019. À l’autre bout du pays, Vancouver a aussi signalé à Nova Bus son intention d’acheter deux autobus de modèle LFSe.

Le directeur général d’OC Transpo, John Manconi, soutient qu’avec les trajets d’autobus qui seront considérablement réduits une fois que le train léger sera mis en service dans quelques mois, l’occasion pourrait être belle à moyen et long terme de se tourner vers de tels modèles d’autobus. 

Alors que le prix d’acquisition d’un tel autobus est d’approximativement 1 million $, il a rappelé que ce montant est relatif et que les coûts d’entretien sont sensiblement moins élevés, sans compter l’essence économisée. 

« Il ne faut pas oublier que plus la technologie avance, plus les prix baissent. C’est une analogie, mais c’est un peu comme les téléviseurs à écrans plasma. Leur prix n’est plus le même qu’au tout début », a-t-il dit.

Même son de cloche pour la vice-présidente aux affaires juridiques et publiques de Nova Bus, Emmanuelle Toussaint, qui précise « que c’est plus cher que d’autres types de propulsion, mais qu’il est difficile de parler d’un prix d’acquisition unique », plusieurs facteurs étant à considérer dont la configuration de l’autobus. 

Le modèle à l’essai (LFSe) a une capacité d’accueil de 71 personnes (dont 41 assises) et a une longueur de 12,2 mètres.

Le fabricant soutient que son autobus et ses stations de recharge ont fait leurs preuves à Montréal, y compris lors de conditions climatiques extrêmes. Les véhicules à l’essai dans la métropole ont parcouru plus de 100 000 kilomètres et subi environ 11 000 recharges rapides.

Des postes de recharge seront également prêtés à Ottawa en marge de l’essai. Chaque véhicule aura à être rechargé durant environ deux minutes et demie à la fin de son circuit.

OC Transpo possède déjà au sein de sa flotte 150 autobus hybrides, qui combinent diesel et électricité.

Absence remarquée de Watson

Fait à noter, le maire Jim Watson a annulé à la toute dernière minute sa participation à cette démonstration d’OC Transpo, après que le greffier municipal et chef du contentieux Rick O’Connor ait reçu une plainte écrite stipulant que le tout contrevenait à la Politique sur les ressources liées aux élections. 

« Le maire s’est retiré de l’événement afin d’éviter toute apparence de conflit. Il compte visiter le garage d’OC Transpo la semaine prochaine pour voir l’autobus et prendre connaissance de ses technologies », a indiqué par écrit son porte-parole, Mathieu Gravel. 

Plus tôt cette semaine en marge de la campagne électorale, M. Watson avait fait une série de promesses environnementales, dont celle de mettre en œuvre un projet pilote d’autobus électriques.