Au conseil municipal, tout le monde n’est pas d’accord avec l’idée de limiter la hausse des taxes foncières à 3%. «Il est capital de ne pas se menotter», fait valoir le conseiller Jeff Leiper.

Augmentation de taxes foncières de 3% à l’horizon à Ottawa

Les résidents d’Ottawa doivent s’attendre à une augmentation de taxes foncières de 3% en 2020.

Le Comité des finances et du développement économique (CFDÉ) doit adopter mardi matin ses orientations budgétaires pour l’année 2020.

Une hausse de taxes limitée à 3% devrait être recommandée par le CFDÉ. Pour y arriver, des services de la Ville devront composer avec une hausse limitée de leur budget.

Le document préparé par le CDFÉ stipule qu’il faudrait «que l’augmentation de la taxe prélevée à l’échelle de la ville, qui sert entre autres à financer la Bibliothèque publique d’Ottawa (BPO) et Santé publique Ottawa (SPO), ne dépasse pas 2%».

Le Service de police d’Ottawa aurait quant à lui droit à une «augmentation de la taxe prélevée qui ne dépasse pas 3%».

Pour augmenter les revenus de la municipalité, le CFDÉ propose également d’augmenter les frais d’utilisation municipaux, comme les frais de location d’une infrastructure sportive, d’une salle dans un édifice de la Ville ou encore les coûts de stationnement à la baie Mooney’s.

«Il ne faut pas se menotter»

Le conseiller de Kitchissippi, Jeff Leiper, croit toutefois que le conseil municipal ferait une erreur en plafonnant la hausse de taxes foncières à 3%.

«Je crois que le maire voudra garder sa promesse électorale de limiter les hausses de taxes à 3% durant son mandat, écrit M. Leiper sur son site Web. Devant des pressions imposées par Queen’s Park, je crois qu’il est capital de ne pas se menotter à une hausse de 3% pour ce budget.»

L’élu rappelle ainsi que le gouvernement provincial prévoit couper le financement des villes en santé publique et en services à l’enfance.

Jeff Leiper indique également que le tiers des nouveaux revenus de taxes doivent être alloués au transport en commun. Pour le reste des services de la Ville, il n’y a donc qu’une augmentation des revenus de taxes de 2%.

«Les résidents devraient être inquiets. Une augmentation de 2% pour tout ce qui n’est pas du transport en commun place la Ville en position difficile pour offrir le même niveau de service. Le taux d’inflation annuel en juillet, à Ottawa, était de 2,08%. Avant même qu’on approuve ce budget, l’argent disponible en vrais dollars est moins élevé que l’année dernière.»