Marc Provost, directeur général de l’Armée du Salut

Armée du Salut à Vanier: «On a du travail à faire»

Pointée du doigt à maintes reprises pour ne pas avoir suffisamment consulté la population pour son projet de construction d’un refuge dans le quartier Vanier, l’Armée du Salut avoue partiellement ses torts et concède qu’elle a du pain sur la planche pour se rapprocher de la communauté.

« Je suis satisfait du vote, mais naturellement, je réalise pleinement qu’on a beaucoup de travail à faire avant d’aller de l’avant. […] En prenant du recul, en voyant les choses différemment, on pense qu’on aurait probablement pu faire plus de consultations. Il semble que les gens en auraient voulu plus », a lancé le directeur général de l’organisme, Marc Provost, quelques minutes après le vote décisif de la Ville.

Ce dernier affirme d’ailleurs que la prochaine étape cruciale sera d’entamer un dialogue « ouvert et continu » avec les citoyens, parlant de rencontres sur une base régulière. 

« Je ne me ferai pas d’illusions, ça ne va pas se produire du jour au lendemain, Je pense que les premières conversations vont être un peu difficiles, mais les gens ont une bonne nature. L’idée est qu’on se parle et qu’on se comprenne », a indiqué le gestionnaire. 

M. Provost assure par ailleurs qu’il prend très au sérieux les craintes liées au caractère francophone du quartier, rappelant qu’il est lui-même francophone. 

« C’est un aspect à prendre en considération. Je n’ai aucun doute qu’on aura des discussions sur le sujet dans les semaines et mois à venir », a-t-il conclu.

L'ACFO SE DIT PRÉOCCUPÉE

L’Association des communautés francophones d’Ottawa (ACFO) a emboîté le pas à d’autres organisations dont l’Hôpital Montfort et le Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario mercredi en se disant préoccupée par le projet de construction d’un refuge de l’Armée du Salut dans le secteur Vanier. 

« L’ACFO est soucieuse du fait que le projet ne semble pas contribuer à assurer la pérennité du patrimoine culturel francophone et la revitalisation du chemin Montréal, tel que prévu au Plan secondaire du district du chemin de Montréal de la Ville d’Ottawa. 

Le quartier Vanier a été reconnu comme un quartier qui a maintenu son identité unique et distincte grâce aux nombreux francophones et francophiles qui y habitent », a indiqué l’organisme par voie de communiqué. Il ajoute malgré tout reconnaître l’importance de hausser l’offre de service aux populations vulnérables comme les sans-abri ou les toxicomanes.