Le conseiller Mathieu Fleury dit avoir été surpris par la position de certains de ses collègues.

Armée du Salut à Vanier: «Je ne suis pas rancunier», dit Fleury

Affirmant s’être senti perçu comme l’élu « toxique » entre les murs de l’hôtel de ville d’Ottawa ces derniers temps, le conseiller Mathieu Fleury ne croit cependant pas que le dossier de l’Armée du Salut marquera une « cassure » dans ses relations avec le reste des membres du conseil.

« Je ne suis pas rancunier, je joue un jeu dur, vous l’avez vu ces derniers mois. Je travaille fort sur plein de dossiers, c’est juste que celui-ci était très évident. [...] Je respecte la position des autres élus, mais j’aurais aimé ça qu’ils soient plus ouverts à me rencontrer. Certains collègues ont refusé de le faire et je considère ça irritant. De mon côté, je n’ai jamais refusé de rencontrer un collègue. Je pense qu’il y a un élément de respect mutuel qui doit être pris en considération là-dedans », soutient-il. 

L’élu dit par exemple avoir été surpris du vote de son collègue du quartier Alta Vista, Jean Cloutier, qui avait semblé lui indiquer dans le passé qu’il l’appuierait. Mais il ne lui en tient pas rigueur.

Malgré le recul, M. Fleury persiste à dire que le maire Jim Watson aurait pu éviter d’annoncer ses couleurs dès l’été dernier sur le projet de déménagement du refuge de l’Armée du Salut dans le quartier Vanier. Le tout a eu une influence sur la suite des choses, dit-il.

Quant au maire Watson, il ne croit pas non plus que le controversé dossier envenimera les liens qu’il entretient avec le conseiller du quartier Rideau-Vanier.

« J’espère que non. Je considère Mathieu comme un ami, et comme je l’ai dit, il est nécessaire en politique d’avoir des discussions et des débats. Demain est un autre jour et on pourra recommencer le travail avec une attitude positive pour continuer à aider tous les quartiers de la ville », a-t-il lancé. 

Ce dernier affirme que s’il a fait connaître sa position sur le dossier, c’est tout simplement parce qu’un journaliste lui a posé la question lorsque la proposition de l’organisme a été déposée. 

Les élus ont approuvé mercredi la recommandation de l’administration municipale dans un vote de 16 contre 7, donnant le feu vert à l’Armée du Salut pour construire un centre multifonctionnel et un refuge pour hommes d’une capacité de 350 lits sur le terrain du 333, chemin de Montréal.