Le dossier de la construction d'un refuge dans le secteur Vanier a soulevé les passions pendant plusieurs semaines à l’hôtel de ville.

Armée du Salut : La facture monte à près de 200 000 $

L’appel de la décision du conseil municipal devant la Commission des affaires municipales de l’Ontario (CAMO) dans le dossier du refuge de l’Armée du Salut coûtera au bas mot 200 000 $ au groupe SOS Vanier.

Aussi importante soit-elle, la somme à débourser en honoraires d’avocat pour cette contestation judiciaire n’effraie toutefois pas les gens opposés au déménagement des locaux de l’organisme au 333, chemin de Montréal, dans le secteur Vanier. « Je suis confiant à 100 % que l’on réussira à amasser ces fonds-là. Il y a cinq commerçants, dont moi-même qui vont chacun verser un montant de 20 000 $. Tout l’argent nécessaire sera disponible le temps venu, car on compte se battre jusqu’à la fin », affirme le propriétaire du Finnegan’s Pub et leader de SOS Vanier, Drew Dobson.

Ce dernier a indiqué au Droit qu’à l’heure actuelle, le quart de la somme nécessaire a été cumulée, soit approximativement 50 000 $. 

« Ça grimpe rapidement », lance l’homme d’affaires. 

Des événements-bénéfices, dont un gala, et une soirée dansante sont prévus dans les mois à venir. 

M. Dobson rappelle que le temps ne manque pas, car il pourrait facilement s’écouler entre 18 et 30 mois avant que l’appel ne soit entendu par la CAMO. 

Le porte-parole de SOS Vanier, Philippe Denault, pense lui aussi que l’objectif est réaliste. 

« Ce sera un défi pour une communauté qui n’est pas favorisée, bien entendu, mais c’est possible. Les contributions les plus importantes en argent proviendront d’investisseurs ou propriétaires d’entreprises ou d’immobilier. Nous allons tout de même accentuer la campagne de financement auprès des citoyens dans les prochaines semaines et prochains mois », dit-il.

Le recours à des sources de financement provincial ou fédéral n’est également pas exclu, rajoute M. Denault.

En novembre dernier, les élus d’Ottawa ont voté à 16 contre 7 en faveur du changement de zonage qui donne le feu vert à l’Armée du Salut pour la construction d’un refuge de 350 lits dans le secteur Vanier. Le dossier a soulevé les passions pendant plusieurs semaines à l’hôtel de ville, le comité de l’urbanisme ayant, entre autres, exceptionnellement dû étaler sa réunion sur trois jours pour entendre les quelque 150 personnes qui ont émis leur opinion sur le projet.

Selon l’Armée du Salut, qui concède « avoir du travail à faire » pour se rapprocher de la communauté, la construction de l’immeuble de 103 000 pieds carrés pourrait débuter dans deux ans pour s’achever en 2021 ou 2022.