Le maire d'Ottawa, Jim Watson

Annulation des coupes en santé publique: Watson satisfait, mais toujours inquiet

Le maire d’Ottawa, Jim Watson, voit d’un bon œil la décision du premier ministre Doug Ford d’annuler les coupes prévues cette année au niveau de la santé publique, des paramédics et des services de garde. Toutefois, des inquiétudes persistent quant aux intentions du gouvernement provincial au cours des années à venir.

«Je suis content que le premier ministre ait dit que ce n’est pas une bonne idée de forcer les municipalités à couper des services en plein milieu de notre année fiscale. C’est une bonne nouvelle. La grande question maintenant c’est de savoir comment on va faire pour trouver une solution d’ici le budget de 2020», confie le maire Watson qui affirme avoir discuté avec le premier ministre de l’Ontario avant que la nouvelle ne soit officialisée lundi matin.

Le processus budgétaire pour l’an prochain débutera d’ici le mois de septembre et la Ville doit travailler de pair avec la province afin d’aligner les priorités et produire un budget qui répondra aux attentes et aux défis qui se présentent.

Ce dernier craint que cette bonne nouvelle ne soit qu’éphémère et que les compressions soient imposées lors de l’exercice budgétaire de 2020.

À LIRE AUSSI: Ford suspend des mesures d’austérité imposées aux municipalités

Comme il l’a indiqué à plus d’une reprise au cours des derniers mois, le respect des ententes de transfert de responsabilité est primordial pour le maire d’Ottawa afin d’éviter que la Ville ne se retrouve avec de nouvelles charges. 

«C’est nécessaire pour nous de travailler ensemble avec la province pour trouver une solution qui est bonne pour la province, mais aussi pour les municipalités, ajoute M. Watson. On sait qu’il y a de gros défis au niveau provincial, mais comme j’ai toujours dit le transfert de responsabilité n’est pas une façon réaliste de trouver une solution pour un palier de gouvernement, parce que ça vient causer des problèmes à un autre palier de gouvernement.»

Cette tendance du gouvernement progressiste-conservateur de revenir sur des décisions rend la tâche difficile pour les municipalités lorsque vient le moment de planifier, confie M. Watson qui souhaite plus de stabilité dans les décisions émanant de Queen’s Park.

«C’est vraiment un défi, concède le premier magistrat. C’est difficile d’avoir une annonce un jour et une annonce complètement opposée un peu plus tard. On demande de la prédictibilité et de la stabilité et j’espère qu’on va en trouver au cours des prochains mois alors qu’on va travailler ensemble en vue du prochain budget.»

+

SOULAGEMENT AU COMTÉ UNIS DE PRESCOTT-RUSSELL

Soupir de soulagement au sein des Comtés unis de Prescott-Russell (CUPR), après que Doug Ford ait décidé d’annuler les coupes quant à la santé publique et aux services de garde et ambulanciers, lundi. 

« Je suis content. On avait des prévisions pour des projets, et là, on va pouvoir les réaliser », s’est exclamé le directeur général des CUPR, Stéphane Parisien.

La plupart des municipalités adoptent leur budget autour du mois de janvier de chaque année. Le gouvernement provincial, lui le fait en avril. M. Parisien s’est dit heureux de voir que le gouvernement provincial reconnaît que les compressions prévues sont survenues « un peu trop tard ».  

« Pour nous, ça fait déjà quatre, cinq mois de passés. Les prochains six mois, on les aurait passés à couper l’équivalent d’une année », a indiqué le directeur des Services d’urgence des CUPR, Michel Chrétien, ajoutant que cette annonce lui enlève un grand poids des épaules. 

Selon M. Chrétien, le gouvernement Ford devra dorénavant consulter davantage les experts des domaines respectifs, « les gens qui font ça chaque jour », avant d’annoncer des compressions budgétaires.

Avec Émilie Pelletier, Le Droit