OC Transpo assouplira ses règles concernant les petits animaux de compagnie à l’intérieur de ses véhicules.

Animaux domestiques: OC Transpo veut assouplir ses règles

OC Transpo s’apprête à emboîter le pas à la majorité des sociétés de transport nord-américaines, dont celle de l’Outaouais (STO) en permettant la présence de petits animaux de compagnie à bord de ses véhicules.

Dans un rapport qui sera présenté la semaine prochaine à la Commission du transport en commun, l’administration municipale propose une modification du règlement en vigueur afin que les animaux domestiques de petite taille soient acceptés dans les autobus, le train léger et les stations, « pourvu qu’ils soient dans une cage ou un sac de transport pouvant tenir sur les genoux de l’usager ». Quant aux animaux d’assistance, ce serait le statu quo, puisqu’ils continueraient d’être acceptés en tout temps. 

Depuis maintes années, entre autres par le biais de pétitions, des citoyens et des groupes font pression sur la Ville pour qu’elle procède à un tel changement à la réglementation.

Voilà qu’Ottawa semble changer son fusil d’épaule puisqu’elle affirme que l’instauration d’une telle mesure « éliminerait un obstacle de plus au transport en commun pour certains usagers ». La Ville indique, par exemple, qu’un résident n’ayant pas de voiture n’a possiblement aucune autre moyen économique de se rendre chez le vétérinaire avec son animal.

Comparaison erronée

Avant d’en venir à cette recommandation, l’administration municipale a scruté à la loupe les politiques en vigueur à ce sujet dans 18 autres sociétés de transport, de Montréal à New York en passant par San Francisco, Toronto, Vancouver et Washington. 

Le document initial en question était erroné, car on y indiquait que toutes les sociétés étudiées hormis la STO permettent qu’un animal de compagnie soit apporté à bord des véhicules. Or, il se trouve que la STO permet depuis de nombreuses années aux usagers de voyager avec un animal, confirme sa porte-parole Céline Gauthier. Le rapport a été corrigé vendredi.

L’article 16 du règlement 100 de la STO stipule que « dans les autobus ainsi que sur les propriétés de la Société, il est interdit à quiconque d’avoir avec soi un animal autre qu’un chien guide, un chien d’assistance ou un animal domestique de petite taille. Dans ce dernier cas, l’usager doit tenir l’animal dans une cage fermée, sur ses genoux et veiller à ce que l’animal ne salisse pas les lieux ni n’incommode les usagers. »

Comme la plupart des autres sociétés de transport, dont la STO, OC Transpo ne prévoit cependant pas permettre aux usagers de monter à bord de ses autobus et trains avec un animal tenu en laisse. Selon l’analyse de la Ville d’Ottawa, seules les sociétés de transport de Calgary, Boston et Toronto accommodent ainsi les gens. La majorité d’entre elles n’ont pas de restriction quant à la taille de l’animal ou au moment de la journée pour le transport. 

Santé publique Ottawa, qui appuie cette possible modification à la réglementation, souligne que l’utilisation d’une cage de transport pour les animaux permettra de réduire toute interaction avec des étrangers et, dans la

mesure du possible, la propagation des allergènes. L’organisme demande cependant à ce qu’une procédure soit établie pour que toute morsure ou griffure survenue sur le réseau soit signalée à la Ville.

Si la proposition est acceptée par la Commission du transport en commun, elle devra ensuite être approuvée par le conseil municipal le 28 février.