Le conseiller Rick Chiarelli durant la séance du conseil municipal du 6 novembre dernier.

Allégations d'inconduite sexuelle: déjà 976 signatures pour la démission de Chiarelli

En moins de deux jours, la pétition pour réclamer la démission du conseiller d’Ottawa Rick Chiarelli se rapproche de son objectif de 1000 signatures.

« Ça bouge vite », s’exclame l’une des initiatrices de cette pétition, Véronique Prévost.

Cette dernière soutient que la publication avait pour but de maintenir l’attention sur cette situation, notamment pour dénoncer qu’aucune action n’a été entreprise par le conseil municipal pour protéger les employés des bureaux d’élus.

Rappelons que M. Chiarelli fait l’objet d’allégations de conduite inappropriée et de harcèlement sexuel auprès d’employées de son bureau, d’ex-employées et de candidates pour des postes à son bureau.

« On comprend que ce n’est pas à eux de prendre une décision pour son départ, souligne Mme Prévost. Il pourrait y avoir une réaction un peu plus forte, surtout après le mouvement #metoo sur le harcèlement en milieu de travail. On dirait qu’il n’y a pas assez de colère. Beaucoup de choses pourraient être faites comme le déclenchement d’une enquête sur les politiques de la Ville en matière de violences sexuelles. »

La pétition mise en ligne lundi matin avait récolté 976 signatures tout juste après 22h15, mardi.

Comme plusieurs, Véronique Prévost attend avec impatience les résultats de l’enquête du commissaire à l’intégrité de la Ville d’Ottawa. Elle rappelle toutefois qu’il ne peut imposer une conséquence plus importante qu’une suspension de 90 jours sans salaire.

La coalition d’une dizaine de syndicats et d’organismes communautaires d’Ottawa à l’origine de la pétition entendent poursuivre leurs actions pour conduire le conseiller du quartier Collège à la démission. Des manifestations pourraient avoir lieu au courant de l’hiver, prévient Mme Prévost.