Le conseiller municipal du quartier College, Rick Chiarelli, siège à l'hôtel de ville depuis des décennies.

Allégations d'inconduite: Chiarelli dans l'eau chaude, Watson «choqué»

Le conseiller du quartier College à Ottawa, Rick Chiarelli, ferait l’objet d’une plainte au Commissaire à l’intégrité pour des comportements inappropriés, rapporte CBC.

La plaignante aurait obtenu une entrevue avec M. Chiarelli pour un emploi au sein de son bureau en juin dernier. Selon CBC, durant cet entretien, le conseiller aurait posé des questions inappropriées à la jeune femme, notamment si elle était prête à se costumer dans le cadre d’événements auxquels elle serait appelée à participer dans le cadre de ce travail.

Dans son témoignage à CBC, la femme dont l’identité n’a pas été dévoilée raconte que Rick Chiarelli lui aurait demandé « qu’est-ce qu’elle ne porterait pas ?». Après avoir demandé des précisions, l’élu lui aurait demandé si elle était confortable sans soutien-gorge.

Le conseiller du quartier College aurait été jusqu’à montrer des photos sur son cellulaire de femmes qui ne portaient clairement pas de soutien-gorge sous leurs vêtements pour illustrer ce qu’il recherchait, poursuit la plaignante dans son entrevue avec CBC.

Le diffuseur public a également interrogé six femmes qui travaillent ou ont travaillé au bureau de Rick Chiarelli. Cinq d’entre elles ont affirmé avoir déjà entendu l’élu tenir des propos déplacés.

Dans une lettre envoyée à CBC, l’avocat de M. Chiarelli dément les allégations et dénonce qu’on s’en prenne à la réputation « d’un homme de famille respecté, d’un membre important de sa communauté et membre du conseil municipal depuis trois décennies ».

« Elles devraient au moins fournir un témoignage entier et tenir de tels propos publiquement », ajoute le juriste.

Watson « choqué »

Le maire d’Ottawa, Jim Watson, dit avoir été « choqué » en prenant connaissance des allégations « vraiment sérieuses » contre le conseiller Chiarelli.

« C’était difficile à lire », lance M. Watson.

Le maire ajoute que la plaignante a pris la bonne décision en s’adressant au Commissaire à l’intégrité. Il est confiant que ce dernier mènera une enquête rigoureuse qui permettra d’aller au fond de l’histoire.

Jim Watson dit ne pas avoir eu de contact avec Rick Chiarelli jeudi. Il ne sait pas quelles sont ses intentions pour la suite des choses.

« À ce point-ci, comme c’est entre les mains du Commissaire à l’intégrité, ce serait inapproprié pour moi de commenter davantage, déclare le maire. J’espère qu’on pourra avoir son rapport le plus rapidement possible pour que le public puisse se comprendre ce qui s’est véritablement passé. »