Jim Watson peut compter sur l'aide d'un allié de taille dans sa compagne pour un nouveau mandat.

Alfredsson appuie Watson

C’est Daniel Alfredsson, l’ancien capitaine des Sénateurs, qui a officiellement lancé, dimanche, la campagne électorale de Jim Watson à la mairie d’Ottawa.

L’ancien numéro 11 suédois dit avoir choisi Ottawa pour y vivre sa vie, après sa retraite en 2014. Devant la salve d’applaudissements qui a suivi la courte présentation d’Alfredsson, le maire Watson l’a remercié... de ne pas se présenter à la mairie.

Jim Watson réclame un quatrième mandat à la tête de la capitale nationale, mais son troisième consécutif.

Il a été élu en 2010 avec 49 % des voix, puis en 2014 avec 76 % des votes.

Il a d’abord été conseiller municipal puis maire de l’ancienne ville d’Ottawa de 1991 à 2000, avant de se lancer en politique provinciale comme député libéral d’Ottawa-Ouest-Nepean, durant sept ans, avant de reconquérir la mairie de la ville désormais fusionnée.

Plusieurs personnalités étaient au rendez-vous,au Centre ukrainien d’Ottawa, pour lui signifier leur appui : notamment la ministre fédérale Catherine McKenna d’Ottawa-Centre, le procureur Yasir Naqvi, l’ex-maire Bob Chiarelli, l’homme d’affaires Gilles Desjardins de Brigil et son directeur au développement commercial et lobbyiste, Yves Ducharme, de même que le conseiller Bob Monette d’Orléans qui tentera de renouveler son propre mandat comme conseiller municipal.

Un portfolio à vendre
Le maire sortant a vanté la transparence de son équipe municipale et notamment la mise en place d’un registre de lobbyistes, la nomination d’un commissaire à l’éthique et l’affichage en ligne des dépenses de bureau. M. Watson mentionne aussi dans sa brochure électorale que son dernier mandat affiche le plus bas taux de réunions à huis clos de l’histoire d’Ottawa.

Au chapitre des langues officielles, le maire Watson a déclaré aux 200 quelques sympathisants présents : « Je suis aussi fier des efforts que nous avons faits pour faire en sorte que les résidants de notre ville aient accès à des services municipaux de qualité en français et en anglais, et nous continuerons de renforcer le caractère bilingue de notre capitale nationale. »

L’équipe Watson affirme que 364 nouveaux logements abordables ont été construits au cours des deux derniers mandats.

Mais le nerf de la guerre pour le maire est certainement le prolongement de la ligne de train léger en deux étapes qui sera sûrement son cheval de bataille durant la campagne.

Le maire a enfin vanté le faible taux de chômage de la ville et sa cote de crédit établie à AAA par Moody.

Le bureau de campagne du maire ouvrira ses portes dans Ottawa-Sud à la fin du mois de juin, au 1101, rue Bank.

Trois candidats se sont inscrits pour lui faire la lutte : Hamid Alakozai, Bernard Couchman et Michael Pastien.

Les élections municipales auront lieu le 22 octobre prochain.