Le conseiller municipal du quartier Collège, à Ottawa, Rick Chiarelli a notamment vu son salaire être suspendu pendant neuf mois pour avoir contrevenu au Code de conduite des élus d’Ottawa.
Le conseiller municipal du quartier Collège, à Ottawa, Rick Chiarelli a notamment vu son salaire être suspendu pendant neuf mois pour avoir contrevenu au Code de conduite des élus d’Ottawa.

Affaire Chiarelli: protection relevée pour les employés 

Le conseil municipal d’Ottawa a pris le taureau par les cornes cette semaine après avoir pris connaissance du rapport accablant sur les agissements de leur collègue Rick Chiarelli. Les employés aux bureaux politiques se sont vus accorder de nouvelles protections face à des comportements abusifs.

« Nous ne pouvons permettre qu’une situation comme celle-là se produise à nouveau. C’est notre responsabilité de s’assurer que de nouveaux employés, souvent des femmes, ne soient pas confrontés à du harcèlement sexuel en milieu de travail », a lancé Catherine McKenney — qui représente le quartier Somerset —, avant de présenter une motion à ses collègues mercredi.

À LIRE AUSSI : Le salaire de Chiarelli suspendu 9 mois

Une semaine plus tôt, le conseiller de Kitchissippi, Jeff Leiper, a vu l’une de ses employées témoigner devant le Comité des finances et du développement économique au sujet des mesures proposées par l’administration afin d’améliorer les processus d’embauches pour les postes aux bureaux des conseillers.

« Pour elle, l’amélioration la plus importante était de s’assurer que le personnel politique qui n’est pas syndiqué […] sache où se tourner lorsqu’un problème survient, de l’information qu’elle dit n’avoir jamais reçue. C’est difficile pour moi de devoir accepter cet échec publiquement, sur la page principale de CBC », a lancé M. Leiper.

Ce dernier a toutefois précisé qu’il ne faut pas non plus s’attendre à ce qu’un nouvel élu qui n’obtient pas nécessairement ce poste pour ses qualités de gestionnaire puisse dès le départ bien diriger ses employés vers les ressources de la Ville. Il a plaidé pour un processus plus standardisé.

Pour palier à ces lacunes, le service des ressources humaines a également été mandaté de créer une structure qui permettrait aux employés des bureaux politiques de dénoncer des comportements abusifs de la part de leur employeur.

Toute entrevue pour un poste dans un bureau politique devra dorénavant être réalisée en compagnie d’un représentant du service des ressources humaines ou du bureau du greffier.

Le maire, Jim Watson, estime que si cette mesure avait été instaurée plus tôt, elle aurait « absolument pu prévenir le type de situations vues avec Rick Chiarelli » qui rencontrait seul, dans des bars ou des restaurants, des candidates à un poste au sein de son bureau.