Près de deux millions de Canadiens utilisent les services des entreprises d’avance de fonds chaque année.

ACORN veut plus d’alternatives aux prêteurs sur salaire

L’organisme de défense des moins nantis, ACORN, souhaite voir plus d’alternatives aux prêteurs sur salaire.

Dans une étude réalisée au niveau national, ACORN démontre que des alternatives canadiennes existent afin de donner un coup de pouce aux emprunteurs et leur permettre d’accéder à des sommes à des taux d’intérêt moins élevés. Toutefois, ces options ne pullulent pas dans la région d’Ottawa.

«À Ottawa on a Causeway, mais ils ont des fonds limités. Il faudrait que les gouvernements fassent quelque chose pour corriger la situation», soutient Gisèle Bouvier, présidente du chapitre de Vanier.

L’organisme soutient que près de deux millions de Canadiens utilisent les services des entreprises d’avance de fonds chaque année. Ce sont essentiellement des gens à faible revenu qui ont recours à ces prêts.

«On aimerait que le fédéral ait une stratégie nationale pour réglementer les prêteurs prédateurs. Qu’il identifie les meilleures pratiques pour qu’on ait quelque chose d’uniforme à travers le pays», souligne Mme Bouvier.

Cette dernière cite en exemple le modèle des «Rent Banks», ailleurs en Ontario et en Colombie-Britannique, qui offrent une solution dans une situation où un individu n’est pas en mesure de payer son loyer.

En avril dernier, la Ville d’Ottawa dénombrait 55 établissements comme les Money Mart, Cash Money, Western Union et compagnie sur son territoire. Ils se retrouvent en majorité sur le boulevard St-Joseph, le chemin Montréal et la rue Bank.