Un accident entre un train de VIA Rail et un autobus d'OC Transpo a coûté la vie à six personnes, mercredi, au sud-ouest d'Ottawa.

Accident d'autobus mortel: le BST demande à Ottawa d'y voir

Le Bureau de la sécurité des transports (BST) du Canada demande à la Ville d'Ottawa de sécuriser le passage à niveau où il y a eu un accident mortel en septembre dernier.
Le BST a émis deux recommandations mardi au terme d'un examen de plusieurs incidents qui ont été signalés à l'intersection de la voie réservée aux autobus d'OC Transpo et du passage à niveau à Barrhaven, près de la station Fallowfield, où a eu lieu une collision mortelle entre un autobus de ville et un train VIA Rail en septembre dernier.
La première lettre documente quatre incidents où des autobus d'OC Transpo ont franchi ce passage à niveau pendant que les feux de signalisation clignotaient, mais que les barrières n'étaient pas encore baissées.
Le BST demande à la Ville d'Ottawa «de mettre en place des mesures additionnelles» pour veiller à ce que les autobus s'arrêtent de façon sécuritaire aux signaux allumés du passage à niveau.
Un autre incident est survenu au même passage à niveau lorsque l'une des barrières ne s'est pas relevée et que les feux ont continué de clignoter après le passage d'un train
Le BST a fait un suivi de cet incident et a déterminé que le dispositif automatique de protection de passage à niveau avait fonctionné en mode de sécurité intrinsèque, comme il a été conçu pour le faire. Dans ce cas, du givre qui s'était formé sur les contacts électriques avait empêché la barrière sud de retourner à sa position verticale après le passage d'un train VIA. Alors que le dispositif de protection du passage à niveau était toujours en marche, trois autobus ont franchi l'intersection, et un superviseur d'OC Transpo a tenté de relever la barrière sud.
L'organisme indépendant demande notamment à OC Transpo et à VIA Rail d'établir et de mettre en place des procédures d'exploitation normalisées pour garantir la sécurité en cas d'activation anormale d'un dispositif automatique de protection de passage à niveau.
Le rapport du BST pour expliquer les causes de l'accident mortel du 18 septembre dernier est toujours attendu.
Rappelons que depuis l'accident mortel du 18 septembre dernier, quatre autobus d'OC Transpo ont franchi des passages à niveau pendant que les cloches et les feux des dispositifs de signalisation automatiques étaient activés.
Le 1er octobre 2013, vers 7 h 45, un autobus articulé (route 73), qui roulait vers le nord en provenance de la gare de Fallowfield d'OC Transpo, s'approchait du passage à niveau lorsque les cloches et les feux de signalisation ont été activés. Le conducteur a déclaré que son véhicule se trouvait alors à environ 30 pieds du passage et qu'il avait observé un train roulant en direction ouest à environ 1 km à l'est. Étant donné que la barrière n'était pas encore abaissée, le conducteur s'est dit qu'il pouvait franchir le passage en toute sécurité. De plus, puisque l'autobus était bondé et que plusieurs passagers étaient debout, le conducteur a estimé qu'il ne pouvait pas arrêter son véhicule sans mettre les passagers en danger et a décidé de franchir le passage même si les DSA étaient activés.Le 11 octobre 2013, vers 18 h 48, un autobus à deux étages roulant vers le sud (route 77) a franchi le passage à niveau alors que les cloches et les feux étaient activés et qu'un train quittait la gare de Fallowfield de VIA Rail en direction est. À ce moment, l'autobus roulait vers le sud sur la voie réservée en direction de la gare de Fallowfield d'OC Transpo. Le véhicule approchait du passage à niveau à un peu moins de 60 km/h lorsque les cloches et les feux ont été activés. Le conducteur a déclaré que l'autobus était à environ 15 pieds du passage à niveau et que les barrières n'étaient pas abaissées. Il a conclu qu'il était impossible d'immobiliser le véhicule sans mettre les passagers en danger.Le 30 octobre 2013, vers 19 h 40, un autobus roulant vers le sud (route 95) a franchi le passage à niveau alors que les feux de signalisation et les cloches avaient été déclenchés par un train qui approchait. L'étude des données GPS d'OC Transpo a permis de déterminer que l'autobus roulait à 58 km/h (8 km/h de plus que la vitesse limite). Selon le service du transport d'OC Transpo, il n'est pas illégal de franchir un passage à niveau pendant que les feux clignotent. Plusieurs jours plus tard, un surveillant d'OC Transpo a rencontré le conducteur et lui a suggéré de laisser le pied au-dessus de la pédale de frein à l'approche d'un passage à niveau et de se préparer à immobiliser son véhicule si les feux de signalisation sont allumés.Le 27 janvier 2014, vers 7 h 45, un autobus d'OC Transpo roulant vers le sud a franchi le passage à niveau alors que les cloches et les feux de signalisation étaient activés. Un suivi fait par OC Transpo a permis de déterminer qu'à ce moment, l'autobus en question roulait vers le nord à 52 km/h. Le véhicule avait 27 minutes de retard sur l'horaire à cause des mauvaises conditions routières provoquées par une tempête hivernale. Le conducteur a déclaré que l'autobus était à environ 20 pieds du passage à niveau lorsque les cloches et les feux de signalisation se sont déclenchés. Toutefois, selon un passager, le véhicule était alors à environ 100 m du passage à niveau. Estimant qu'il ne pouvait pas immobiliser son véhicule sans mettre les passagers en danger, le conducteur a franchi le passage à niveau pendant que les cloches et les feux étaient activés.Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca