Un service gratuit de valets pour les vélos sera disponible lors des événements au parc Lansdowne.

À vélo ou en bus à la Place TD

À quelques jours du premier match du Rouge et Noir, la Ville d'Ottawa et l'Ottawa Sports and Entertainment Group (OSEG) poursuivent leur offensive pour encourager l'emploi du transport actif et du transport en commun pour se rendre à la Place TD.
Le football canadien sera officiellement de retour dans la capitale le 18 juillet. Malgré les nombreux avertissements, la crainte de voir un embouteillage monstre autour du parc Lansdowne le jour du match demeure importante du côté de la municipalité et du promoteur.
Le conseiller du quartier, David Chernushenko, ne croit pas au désastre, mais croit que plusieurs n'auront pas saisi le message de la Ville à temps. Il entrevoit un bouchon de circulation qu'il interprète comme un «passage obligé».
«C'est un changement de culture important pour certaines personnes. Ç'a longtemps été un automatisme de se rendre en voiture au match. Au mieux, on faisait du covoiturage», affirme M. Chernushenko.
Le conseiller soutient que les automobilistes ne la trouveront pas drôle et continue de les encourager à explorer les alternatives qui s'offrent à eux pour se rendre au stade.
«Si jamais le premier événement est un désastre, je crois que la plupart des gens qui ont décidé de conduire vont changer d'avis. Espérons pour les équipes qu'ils ne décideront pas simplement de ne plus venir à Lansdowne», explique David Chernushenko.
Importante planification
L'OSEG mise particulièrement sur les navettes gratuites qui partiront des stationnements du bureau de Postes Canada, de l'Université Carleton, du Centre RA et de la place Vincen-Massey et pour se rendre directement à la Place TD.
Dans le plan de transport initial, il était prévu que 40% des spectateurs empruntent ce mode de transport, explique le chef de la direction de l'OSEG, Bernie Ashe.
Un service gratuit de valets pour les vélos sera également en vigueur durant les événements présentés au parc Lansdowne.
«Notre objectif, c'est que l'expérience soit la même que vous veniez en autobus, par navette, en voiture ou en vélo», affirme M. Ashe.
L'OSEG prend tous les moyens afin que le plan de transport soit respecté, assure son chef de la direction. Les détenteurs de billets ont été contactés à de nombreuses reprises pour les informer des différents moyens de se rendre au match.
«La réaction est positive, les gens veulent essayer nos options et nous remercient d'offrir des alternatives», conclut Bernie Ashe.
jpaquette@ledroit.com