La mise en service du train léger environ six mois plus tard qu’initialement anticipé privera la Ville d’Ottawa d’une hausse de revenus tarifaires d’un peu plus de 1,6 million $ qui était prévue dans le budget 2018.

1,6 million $ de moins pour la Ville

La mise en service du train léger environ six mois plus tard qu’initialement anticipé privera la Ville d’Ottawa d’une hausse de revenus tarifaires d’un peu plus de 1,6 million $ qui était prévue dans le budget 2018.

C’est que l’administration municipale, a-t-on appris mardi lors d’une mise à jour mensuelle des travaux du train léger, envisageait que l’ouverture de la Ligne de la Confédération se traduirait par une augmentation de 1% du nombre d’usagers d’OC Transpo.

Cette prévision (1,83 M$) était basée sur une mise en service à la mi-année, alors que celle-ci n’aura finalement pas lieu avant la fin novembre, selon le nouvel échéancier annoncé le mois dernier par la Ville et le consortium Groupe de transport Rideau (RTG). C’est donc dire que la Ville ne devrait engranger qu’environ 200 000$ sans ses coffres d’ici la fin de l’année.

En marge de la réunion du Comité des finances et du développement économique, le maire Jim Watson a indiqué que la Ville est d’avis que c’est au consortium d’éponger ce manque à gagner, tout comme la facture associée aux détours que devront continuer à faire les autobus et les salaires des chauffeurs.

Rappelant que RTG se verra imposer une amende de 1 million $ s’il ne respecte pas la nouvelle date de mise en disponibilité service payant, fixée au 2 novembre, M. Watson se dit toujours à l’aise avec les délais prévus.

«S’ils peuvent livrer le projet avant, tant mieux pour eux, je serai heureux, mais il faut être réaliste. [...] Ce n’est pas comme rénover sa cuisine ou sa salle de bain. C’est un projet très complexe, avec des exigences techniques et plusieurs travaux en coulisses. Je suis très confiant que le train pourra rouler en novembre. C’est un consortium qui a une réputation mondiale, ils seront un partenaire durant les 30 prochaines années. Évidemment, on a une dispute sur qui paiera quoi, mais au bout du compte, mon obligation en tant que maire c’est de protéger les payeurs de taxes», a-t-il indiqué.

Évolution des travaux

Les travaux avancent rondement à plusieurs des 13 futures stations de la Ligne de la Confédération, selon un exhaustif portrait de la situation présenté mardi.

D’abord, 25 des 34 voitures du train léger sont à l’heure actuellement assemblées, alors qu’à peu près tous les travaux liés aux rails sont achevés sur le trajet de 12,5 km, sauf dans le tunnel du centre-ville.

Les travaux sont encore une fois plus avancés dans les stations de l’est du territoire, puisque les trains sont mis à l’essai à cet endroit. La station Cyrville est quasiment complétée, tandis que les stations Blair, Tremblay et St-Laurent, par exemple, sont à un stade avancé. À la station Rideau, la plus importante du lot, les travaux vont bon train et les rails doivent être installés dans les jours à venir. Un ventilateur acquis au coût de 1 million $, qui permettra d’évacuer la fumée en cas de feu, est également installé ces jours-ci à la station Lyon.