Une esquisse du projet de train léger pour l’ouest de la Ville de Gatineau.

Ottawa presse le pas

Le fédéral tape du pied. Le nouveau conseil municipal de Gatineau n’aura pas beaucoup de temps pour tergiverser dans le dossier du train léger dans l’ouest. Ottawa s’attend à ce que Québec et les municipalités présentent au plus tard ce printemps leurs projets dans le cadre du programme fédéral de plusieurs milliards de dollars dans les infrastructures de transport en commun.

Le député fédéral de Hull-Aylmer, Greg Fergus, salue la rapidité avec laquelle le maire Maxime Pedneaud-Jobin souhaite saisir le nouveau conseil du dossier du train léger. M. Pedneaud-Jobin affirmait au Droit, lundi, avoir l’intention de demander aux élus de voter sur une résolution de principe en faveur du développement d’un train léger comme lien rapide pour l’ouest. 

« Que le conseil se prononce rapidement sur le principe est une nécessité », a indiqué M. Fergus. Les villes ne peuvent pas soumettre un projet directement au fédéral, c’est le gouvernement du Québec qui doit le faire. Gatineau doit d’abord s’entendre avec Québec pour que le projet de train léger se retrouve dans la liste des projets qu’il accepte aussi de financer. « La liste doit rentrer dans la première moitié de l’année 2018 », a-t-il précisé. 

Les conclusions de l’étude d’opportunités faite par la STO pour le lien rapide dans l’ouest sont attendues depuis près d’un an. 

La façon dont le ministère des Transports du Québec (MTQ), qui finance l’étude, gère ce dossier a d’ailleurs fait sortir de ses gonds le président du transporteur public il y a deux semaines. 

D’après les informations qui circulent, des éléments importants de la réalité sur le terrain ne seraient pas pris en considération, à savoir la clientèle ontarienne qui emprunte le réseau de transport gatinois et le niveau d’achalandage du réseau dans ce secteur. 

La densité actuelle de population n’appelle pas à la construction d’une telle infrastructure dans l’ouest, mais l’achalandage pourrait être suffisant pour convaincre à la fois le gouvernement fédéral et le provincial d’investir massivement. 

Fergus convaincu

Le député de Hull-Aylmer mentionne qu’en calculant la clientèle ontarienne qui traverse la rivière des Outaouais et celle d’Aylmer, la Ville de Gatineau se classe déjà en milieu de peloton des 35 villes nord-américaines ayant déjà un train léger. 

 « Si la Ville et la province s’entendent sur la nécessité d’un train léger dans l’ouest, je suis convaincu, je n’ai pas de doute que le fédéral sera au rendez-vous et que ce projet se réalisera », a insisté M. Fergus. 

Ce dernier compte d’ailleurs rencontrer tous les nouveaux élus du conseil municipal afin de les sensibiliser au projet et à l’enthousiasme de son gouvernement.