Ottawa limite la hausse d'impôts à 4,9 %

Dominique La Haye
Dominique La Haye
Le Droit
Un coup de théâtre s'est produit, hier, à l'hôtel de Ville d'Ottawa, alors que le conseil municipal a approuvé une « motion omnibus » limitant la hausse des impôts fonciers à 4,9 % en 2009.
La proposition présentée par un groupe de conseillers, en début de soirée hier, durant le deuxième jour des délibérations du budget municipal 2009, épargne les secteurs qui étaient menacés de coupures, dont les arts, les garderies et les patinoires extérieures.
La proposition, qui a été approuvée par un vote de 15-9 par le conseil, a pris le maire Larry O'Brien par surprise, le laissant sous le choc.
« Je suis exaspéré, car nous avions mis en place une bonne méthode cette année pour élaborer le budget. Nous avions travaillé fort au cours des derniers mois. Je crois qu'un groupe de conseillers a choisi d'emprunter le chemin le plus facile », dit-il.
Le maire souhaitait plutôt pouvoir discuter de toutes les propositions de coupures budgétaires, proposées par les fonctionnaires municipaux dans le budget préliminaire dévoilé le mois dernier, ainsi que celles additionnelles mises en lumière par un consultant de la Ville la semaine dernière. M. O'Brien espérait ainsi arriver à limiter davantage la hausse des impôts et sabrer davantage dans les services et les dépenses.
« Il était crucial d'avoir ce débat en ces temps économiques difficiles. Ça ne va pas nous aider pour le budget de l'an prochain », ajoute-t-il.
Budget qui « minimise les pertes »
L'instigateur de cette motion, le conseiller Rick Chiarelli, estime au contraire que la décision des élus évitera au conseil d'avoir à réparer l'an prochain les pots cassés d'un budget qui aurait fait voler en éclat, selon l'avis de nombreux résidants, plusieurs programmes.
« Plusieurs conseillers craignaient que des coupures dans les infrastructures, comme le désiraient ceux souhaitant se rapprocher d'un gel de taxes, garantissaient une hausse de taxes majeure pour les années suivantes », indique M. Chiarelli.
« Ce n'est pas un budget qui fera avancer la Ville, mais au moins il minimise les pertes », croit le conseiller Clive Doucet.
« Nous avons écouté la communauté », soutient pour sa part la conseillère Diane Deans.
Les 700 places en garderies subventionnées et la cinquantaine de circuits d'autobus menacées d'être abolies sont donc épargnées. Les subventions aux patinoires extérieures et aux arts et à la culture sont quant à elles maintenues.
Certaines coupures adoptées
En revanche, pour arriver à une hausse de taxes de 4,9 %, plusieurs coupures ont été adoptées et des projets ont dû être reportés.
Ainsi, la mise sur pied de la collecte des déchets organiques sera reportée de trois mois, la taxe pour les projets d'infrastructure a été réduite à 12 millions $ plutôt qu'à 20 millions $ et les étudiants âgés de 28 ans et plus devront dorénavant payer le tarif régulier du laissez-passer mensuel d'OC Transpo. Des ajustements seront aussi effectués dans les salaires des employés pour réduire les augmentations subséquentes.
Le conseil devra adopter, demain, son budget destiné aux infrastructures, mais celui-ci n'aura aucun d'impact sur les impôts fonciers.