Ottawa

Ford confirme les coupures, les municipalités en attente des détails

Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, a confirmé que son gouvernement ira de l’avant avec une réduction des transferts aux municipalités en 2020 sans toutefois chiffrer ces compressions.

Dans le cadre d’un ensemble de mesures pour réduire le déficit de la province, le gouvernement Ford souhaitait imposer des coupes budgétaires rétroactives aux municipalités avant de se raviser à la dernière minute, plus tôt cette année.

Dans son allocution au congrès de l’Association des municipalités de l’Ontario (AMO) lundi matin, M. Ford a confirmé qu’il n’y aurait pas de modification au Fonds de partenariat avec les municipalités de l’Ontario pour l’année en cours. Les changements viendront toutefois en 2020 et le premier ministre promet un fonds de transition pour aider les municipalités à composer avec les pertes de revenus pour l’année 2020.

Doug Ford a d’ailleurs indiqué que son gouvernement souhaite poursuivre les échanges avec les intervenants du monde municipal pour réduire les dépenses de la province, tout en limitant les diminutions de services. «Les municipalités sont des expertes lorsque vient le temps de faire compter chaque dollar.»

Besoin d’«informations spécifiques»

Immédiatement après son allocution, le premier ministre avait rendez-vous avec le maire d’Ottawa, Jim Watson, qui a notamment profité de son quart d’heure avec M. Ford pour lancer les discussions sur la préparation de la phase 3 du train léger. Il a également été question de l’annonce du jour.

«Je lui ai demandé d’avoir des informations spécifiques. C’est pratiquement impossible pour nous de commencer la préparation de notre budget [pour l’année 2020] sans avoir les détails spécifiques», soutient M. Watson, en ajoutant que Doug Ford lui a promis des précisions rapidement.

Même que le gouvernement Ford va finalement de l’avant avec ses compressions dans le monde municipal, Jim Watson parle de «petites victoires» dans ce dossier au cours des derniers mois. Il souligne notamment l’annonce du premier ministre lundi d’augmenter le financement de 4% — en moyenne — pour les services ambulanciers en 2019 et 2020.

Le chef intérimaire du Parti libéral de l’Ontario et député d’Ottawa-Sud, John Fraser, a déploré un double discours de la part du premier ministre qui se dit «un ami des municipalités» alors qu’il leur impose des compressions importantes qui pourraient avoir un impact négatif sur certains programmes, notamment en matière de santé publique.

Le député néodémocrate d’Ottawa-Centre, Joel Harden, affirme de son côté que le gouvernement Ford doit être «honnête» avec le public et cesser de prétendre qu’il peut réduire la dette de la province, tout en évitant d’augmenter les impôts et de diminuer les services à la population. «Je fais un bon salaire en tant que député. Il faut que les gens comme moi contribuent davantage par nos impôts», soutient M. Harden.

Ottawa

Messe noire à Ottawa

Débaptisations sataniques, spectacles burlesques et rituels lucifériens sont au menu d’une messe noire organisée samedi soir par le Temple satanique d’Ottawa dans un bar situé à proximité de la cathédrale Notre-Dame.

«Les rituels sataniques, comme le satanisme, sont conçus pour être libérateurs et enrichissants», a indiqué Lucien Greaves, représentant du Temple, sur la page Facebook de l’organisation.

«Dans le cas d’une messe noire, l’exigence principale est que le rituel soit blasphématoire, potentiellement discordant, et irrévérencieux envers les symboles de superstition et d’autorité arbitraire», a-t-il continué. 

L’archidiocèse d’Ottawa qualifie l’événement Libertas in Tenebris de «répréhensible pour les catholiques».

«C’est manifestement une confrontation agressive contre la religion catholique et se veut une expression de discours de haine», a écrit l’archevêque d’Ottawa, Terrence Prendergast, dans une lettre adressée aux membres du clergé.

«Toutes pratiques occultes ont le potentiel d’ouvrir une porte spirituelle dans le royaume du mal en donnant la permission aux démons. Elles invitent les esprits impurs à nuire aux individus impliqués et à des communautés entières. Je vous demande d’aviser toutes les personnes curieuses de cet événement et tentées à y participer de bien vouloir demeurer à l’écart de telles tentations», a ajouté l’archevêque.

L’entrée à Libertas in Tenebris dans un bar heavy metal de la rue Murray exige une offrande de 20 $. Les organisateurs demandent aussi aux participants d’apporter des chaussettes neuves qui seront remises aux personnes itinérantes.

Une messe de réparation offerte par l'archevêque d'Ottawa a eu lieu samedi matin

Ottawa

Jim Watson dévoile publiquement son homosexualité

C’est un Jim Watson soulagé qui a fait samedi après-midi la tournée de quelques activités communautaires à Ottawa, lui qui plus tôt en journée se délestait d’un poids énorme qu’il traînait depuis une quarantaine d’années.

Celui qui est maire d’Ottawa depuis 2010 a fait sa sortie du placard et a dévoilé publiquement son homosexualité samedi dans les pages du quotidien Ottawa Citizen.

« Je suis gai, a laissé tomber le politicien de 58 ans dans une lettre au journal anglophone. Voilà, c’est dit. Ces mots m’ont pris presque quatre décennies avant de les prononcer, mais comme le dit le dicton : “Mieux vaut tard que jamais” ».

La lettre a été publiée à la veille du début du festival de la Fierté dans la capitale. 

Le maire Watson a indiqué que deux événements ont justifié sa sortie publique : les craintes exprimées par des athlètes et des spectateurs gais sur l’attitude homophobe du gouvernement russe aux Jeux olympiques de 2014, ce qui l’a motivé à faire flotter le drapeau arc-en-ciel à l’hôtel de ville d’Ottawa pendant la durée des compétitions en solidarité avec les personnes LGBTQ, ainsi que les paroles d’un homme qui l’a accosté au parc de la Confédération en lui disant : « J’espère que tu n’iras pas au défilé des tapettes », faisant référence au défilé de la Fierté.

Un soulagement

En entrevue avec Le Droit, Jim Watson s’est dit soulagé, et a invité ceux qui gardent leur secret à ne pas attendre aussi longtemps que lui pour faire son coming out.

« Ça fait longtemps que je sais que je suis gai, mais je n’avais jamais déterminé quand et comment je devrais l’annoncer. C’est un soulagement, et je suis dépassé par tous les messages positifs que j’ai reçus des gens en ville, sur Twitter, par courriel et lors d’appels téléphoniques », a-t-il expliqué.

Ottawa

Pas de clés du train léger avant la semaine prochaine pour Ottawa

Les retards continuent de s’accumuler pour le train léger, dont les clés n’ont pu être remises vendredi à la Ville d’Ottawa, comme le nouvel échéancier le prévoyait.

Le maire Jim Watson demeure toutefois persuadé que le public pourra monter à bord des trains de la Ligne de la Confédération au cours du mois de septembre.

«Ça n’aura pas lieu aujourd’hui, mais j’ai confiance que ça arrivera plus tard la semaine prochaine. Il y aura alors une conférence de presse et un breffage technique pour les membres du conseil et les médias. On va pouvoir faire un voyage en train et on sera aussi en mesure d’annoncer la date spécifique en septembre à laquelle la population pourra finalement avoir accès à ces incroyables véhicules et ce système qui changera le visage de notre ville», a-t-il affirmé en marge d’un point de presse.

Alors que la période d’essais en continu de 12 jours a débuté à la fin juillet et que la Ville devait prendre possession des infrastructures à l’aube du week-end, une note de service signée par le directeur général d’OC Transpo, John Manconi, indique qu’une séance d’information «visant à fournir d’autres mises à jour sur la mise en fonctionnement, la mise en service commercial et l’ouverture de la Ligne de la Confédération» est prévue la semaine prochaine.

Parlant d’un processus «rigoureux et complexe», il ajoute que le Groupe de transport Rideau (RTG) «a accompli des progrès considérables au cours de la période de mise en fonctionnement, élaborant divers scénarios de service régulier et testant l’état de préparation pour le service aux passagers en mettant en exercice le réseau de la Ligne de la Confédération pour s’assurer qu’il est pleinement fonctionnel».

Malgré ce retard sur l’échéancier, autant l’administration municipale que le maire Watson persistent et signent en répétant que la mise en service du train léger aura bel et bien lieu en septembre, sans toutefois s’aventurer à préciser une date, voire une semaine.

Une fois la période de tests achevée, RTG pourra présenter un avis de mise en service commercial qui doit être approuvé par le certificateur indépendant. Par la suite, la Ville d’Ottawa disposera d’une période d’au plus quatre semaines pour effectuer les derniers préparatifs avant de procéder à l’ouverture officielle du réseau au public.

La remise des clés du train léger d’Ottawa, un projet de 2,1 milliards $, a déjà été reportée à quatre reprises depuis l’été 2018.

Justice et faits divers

Ottawa modifie les tarifs des vérifications d’antécédents judiciaires

Le Service de police d’Ottawa a annoncé jeudi qu’il comptait apporter des modifications aux tarifs des vérifications d’antécédents judiciaires des bénévoles, et ce dès le mois prochain.

À partir du 1er septembre, des frais de 10 $ seront exigés pour toute vérification d’antécédents judiciaires pour le bénévolat.

De plus, à compter du 1er janvier 2020, le tarif pour de telles vérifications grimpera à 20 $.

Le SPO souligne d’ailleurs que dès 2020, il cessera d’effectuer des vérifications auprès des résidents de Gatineau.

Le SPO explique qu’il est forcé d’effectuer ces modifications «en raison d’une demande croissante de la part d’organismes nécessitant des vérifications d’antécédents».

Ottawa

Radars photo: plus de 3 millions $ dans les coffres d'Ottawa

La Ville d’Ottawa a engrangé des revenus potentiels de plus de 3,1 millions $ depuis l’amorce de l’année grâce à la cinquantaine d’appareils photo reliés aux feux rouges installés sur son territoire.

Entre le 1er janvier et le 31 mai, les constats d’infraction décernés aux conducteurs ayant grillé un feu rouge ont permis à la capitale de cumuler la somme de 3 119 179$. Près de 11 700 contraventions ont été acheminées par la poste. En moyenne, on parle donc de 78 billets par jour.

Ottawa

Vers un autre retard pour le train léger d’Ottawa ?

Alors que la période de test de 12 jours du nouveau train léger d’Ottawa devait prendre fin vendredi, voilà que la remise des clés officielle prévue pour le 16 août pourrait devoir attendre au moins une autre semaine.

Selon les informations de CBC, le consortium Rideau Transit Group (RTG) pourrait ne pas être en mesure de compléter la période de mise en fonction avant la date butoir du 16 août.

Ottawa

Château Laurier : McKenna attend toujours une rencontre avec les propriétaires

Près d’un mois après s’être prononcée publiquement sur le projet d’agrandissement du Château Laurier, la ministre fédérale de l’Environnement et députée d’Ottawa-Centre, Catherine McKenna, attend toujours une rencontre avec la famille Lalji, propriétaire de la firme Larco Investments.

Vendredi, Mme McKenna a réitéré qu’elle souhaite voir un nouveau design pour l’annexe du bâtiment historique. Elle indique avoir écrit une lettre à la famille Lalji pour leur demander une rencontre. L’ensemble de ces démarches n’a pour l’instant mené à aucun développement dans le dossier.

Ottawa

Un pub forcé de fermer à cause des travaux sur Elgin

Le pub Hooley’s, une institution sur la rue Elgin, a fermé ses portes définitivement mardi. Une importante baisse de l’achalandage et une hausse des coûts engendrés par la fermeture de la rue qui subit une cure de rajeunissement ont eu raison de l’établissement.

C’est un Dale Hill consterné par la décision d’affaires qui a expliqué les raisons de la fermeture au Droit.

Ottawa

Incendie du Vittoria Trattoria: la rue William, «comme elle l’a toujours été»

Près de quatre mois après le violent incendie qui a ravagé plusieurs commerces du marché By, la Ville d’Ottawa confirme que la rue William pourra renaître de ses cendres sans que les habitués du secteur soient trop dépaysés.

« On aura l’impression que la rue William est comme elle l’a toujours été », promet l’architecte spécialisé en protection du patrimoine Barry Padolsky, embauché par un groupe de propriétaires de bâtiments sinistrés.

L’avenir de cette artère au caractère patrimonial a fait l’objet de discussions jeudi matin au sous-comité du patrimoine bâti de la Ville d’Ottawa. Des fonctionnaires de la municipalité ont alors confirmé que la façade de la majorité des bâtiments détruits par les flammes pourra être préservée.

Seule la façade du 41½, rue William devra être démolie afin de donner un accès à l’arrière des autres façades pour dégager les débris et reconstruire les autres bâtiments.

À LIRE AUSSI: Incendie majeur dans le marché By [PHOTOS]

> Le Vittoria Trattoria renaîtra de ses cendres

> L'incendie du Vittoria Trattoria était «évitable», selon le service des incendies

La devanture du 41½ est celle qui avait la valeur patrimoniale la plus faible, ont indiqué les fonctionnaires de la Ville au sous-comité. Les briques qui sont encore en bon état seront tout de même préservées et ajoutées à la façade du bâtiment qui remplacera celui qui sera démoli.

« Dans les circonstances, c’est absolument le meilleur dénouement », se réjouit le conseiller de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury.

M. Padolsky soutient que les plans de reconstructions devraient être soumis à la Ville au cours de l’automne. Les travaux pourraient commencer au printemps, selon les échéanciers les plus optimistes.

« On est confiant que ce qu’ils vont nous soumettre dans quelques semaines comme plan, ce sera en lien avec le patrimoine de la communauté. Je suis heureux qu’ils aient fait un effort pour protéger les façades et, évidemment, le compromis de permettre une section de démolition, ça nous permet de protéger le restaurant Vittoria Trattoria et les bâtiments adjacents », souligne M. Fleury.

Ottawa

Nouveau design pour l'enseigne « OTTAWA »

Des élèves de l’École d’Art d’Ottawa ont eu droit à un canevas bien en vue pour exprimer leur créativité cette semaine. Ils ont pu repeindre l’enseigne «OTTAWA» située sur la rue York, une mise à jour de la populaire attraction touristique avant qu’elle ne soit remplacée par une installation permanente.

L’enseigne est considérée comme un projet pilote depuis ses débuts durant les célébrations du 150e de la Confédération en 2017. 

Avant que celle-ci soit remplacée par des lettres géantes plus robustes, la Ville d’Ottawa voulait essayer quelque chose de nouveau, selon l’urbaniste à la municipalité Kim Copeland.

Ottawa

Train léger à Ottawa: SNC-Lavalin n’a pas atteint les exigences techniques

Des documents rendus publics par le directeur général de la Ville d’Ottawa confirment qu’une filiale de SNC-Lavalin a obtenu le contrat pour la phase 2 du train léger d’Ottawa, même si elle n’a pas obtenu la note minimale fixée par la municipalité pour ses exigences techniques.

CBC a révélé en mars que la firme TransitNEXt n’avait pas obtenu la note de 70%, seuil minimal fixé par la Ville pour les exigences techniques afin de passer à la prochaine étape de sélection.

Ottawa

Ottawa, parmi les villes les plus sécuritaires au monde

La Ville d’Ottawa arrive au 37e rang des villes les plus sécuritaires au monde, selon un classement du magazine d’affaires CEOWORLD.

Le classement mondial, réalisé par le magazine qui s’adresse aux hauts dirigeants d’entreprises, regroupe 334 villes. Le résultat obtenu repose sur l’indice global de criminalité de chaque ville, tout type de crimes confondus.

Ottawa

Le Bistro du parc de la Confédération officiellement ouvert

Le Bistro du parc de la Confédération a officiellement ouvert ses portes au public samedi matin.

Situé près des écluses du canal Rideau, le Bistro du parc de la Confédération fait partie des trois bars éphémères annoncés par la Commission de la capitale nationale (CCN) qui ouvriront dans des parcs d’Ottawa au cours de l’été.

Deux autres bistros ouvriront prochainement leurs portes, soit un au parc des Rapides-Remic, ainsi qu’un autre au parc du ruisseau Patterson, dans le quartier Glebe. On ne connaît cependant toujours pas les dates d’ouvertures officielles de ces deux bistros.

« Ça se passe très bien ! Le feedback des gens est positif, souligne la propriétaire du Bistro du parc de la Confédération, Karina Hayston. Les gens nous disent que c’est bien d’avoir enfin une place où on peut acheter du café ou encore quelque chose à manger dans le parc. »

Chacun des trois bistros extérieurs peut accueillir jusqu’à 40 clients à la fois. Boissons, croissants, gaufres et sandwiches sont notamment offerts.

« On offre aussi de l’alcool comme du vin, de la bière et de la sangria par exemple, mais nous ne sommes pas un bar, nuance Mme Hayston. Les gens peuvent apprécier la tranquillité du parc puisqu’on ne joue pas de la musique à tue-tête comme un bar traditionnel par exemple. »

Le Bistro du parc de la Confédération est ouvert sept jours sur sept, de 8 h à 21 h.

Ottawa

Des commerçants de la rue Elgin préfèrent rester positifs

Des commerçants de la rue Elgin à Ottawa préfèrent rester positifs malgré la poussière et le bruit incessant de l’équipement lourd causés par les travaux de réfection d’envergure de l’artère qui ont cours depuis sept mois. Les clients se font moins nombreux, disent-ils, mais heureusement la clientèle locale et « les réguliers » leur sont restés fidèles.

Les travaux de 36 millions $ ont commencé en janvier. Ils visent notamment à remplacer des infrastructures municipales vieillissantes, dont certaines remontent à 1874.

Ottawa

Ottawa condamnée à verser 4,5 millions $

La Ville d’Ottawa se voit contrainte de verser un montant de 4,5 millions $ à l’entreprise Charlesfort Developments Ltd dans une décision rendue par la Cour supérieure de justice de l’Ontario la semaine dernière.

Le litige a débuté en 2004 lorsque l’entreprise a fait une demande de modification de zonage propre pour permettre la construction d’un immeuble à logements de grande hauteur au 793, chemin Richmond, dans Westboro.

Ottawa

Décès d'un cycliste de 13 ans: «une vie humaine, ça n’a pas de prix»

La mort d’un cycliste de 13 ans la semaine dernière dans le secteur d’Orléans a mobilisé une fois de plus les cyclistes de la capitale fédérale devant l’hôtel de ville, pour demander des infrastructures routières plus sécuritaires.

Plus d’une centaine d’entre eux se sont rassemblés mercredi matin pour se recueillir, ainsi qu’écrire et livrer des lettres au maire d’Ottawa, Jim Watson.

Signe que la colère monte dans la communauté cycliste après cette deuxième collision mortelle de l’été, un organisateur de la manifestation et membre de la Coalition pour le transport sain, Trevor Haché, a invité les gens à se rendre au bureau du premier magistrat dans le calme et l’ordre.

« Le jour viendra peut-être où ce ne sera pas le cas, mais pour l’instant, je vous demande d’être respectueux », a lancé M. Haché à la foule.

À LIRE AUSSI: Mort d'un cycliste sur l'avenue Laurier

> Manifestation de cyclistes à Ottawa: «Ce n’est pas sécuritaire»

> Un vélo fantôme devant l’hôtel de ville d’Ottawa

Ce militant pour le transport actif et l’amélioration des infrastructures routières soutient que la collision qui a causé la mort du jeune Simon Khouri était « 100 % évitable ».

« Les gens dans ce bâtiment (NDLR: l’hôtel de ville) ont tous les outils à leur disposition pour changer les choses, déplore Trevor Haché. Je suis convaincu que le maire est attristé par ce qui s’est passé, mais il faut qu’il démontre un sentiment d’urgence, comme il le fait dans plusieurs autres dossiers. »

« La sécurité devrait le critère principal lorsqu’on construit de nouvelles routes, plus que les stationnements de rue et que la fluidité de la circulation automobile. Même plus encore que les coûts, parce qu’une vie humaine, ça n’a pas de prix », a renchéri la présidente de Bike Ottawa, Heather Shearer, durant une allocution devant la foule de manifestants, mercredi matin.

Changer les mentalités

Les conseillers municipaux Shawn Menard (Capitale) et Theresa Kavanagh (Baie) étaient sur place mercredi pour offrir leur appui aux cyclistes rassemblés.

Parmi ceux-ci se trouvait Ken Walker, l’homme derrière le compte Twitter @bikeviewca qui partage régulièrement des vidéos d’incidents dont il est témoin au quotidien sur sa bicyclette.

Deux fois par jour — et de trois à quatre fois par semaine —, M. Walker complète un trajet de 26 kilomètres entre sa résidence et son travail. Il se dit chanceux que la majorité de ce parcours (22 km) s’effectue sur des pistes cyclables et, malgré cela, les caméras fixées à son vélo captent régulièrement des images d’automobilistes au comportement dangereux.

Ottawa

Château Laurier: une poursuite se prépare

Patrimoine Ottawa se prépare à se rendre devant les tribunaux pour empêcher la construction d’une annexe du Château Laurier au design controversé.

Une campagne de financement participatif a été mise en ligne sur le site web gofundme.com par Patrimoine Ottawa. On demande l’aide du public pour aider l’organisation «à entreprendre une contestation judiciaire pour protéger l’intégrité de ce symbole important d’Ottawa et du Canada».

Le porte-parole de Patrimoine Ottawa, Robert Moreau, confirme que l’objectif est de contester l’octroi par le conseil municipal d’Ottawa d’un permis en matière de patrimoine à Larco Investments — firme propriétaire du Château Laurier.

Patrimoine Ottawa et le groupe «Les Amis du Château Laurier» avaient retenu les services d’un conseiller juridique au début du mois de juillet. À ce moment, une lettre pour détailler des failles perçues dans le processus d’octroi du permis en matière de patrimoine par la Ville d’Ottawa a été envoyée au maire.

L’avocat de Patrimoine Ottawa soulignait notamment que la délégation de pouvoirs aux fonctionnaires pour déterminer les critères d’acceptabilité des plans de l’annexe soumis par Larco Investments n’a pas été réalisée en suivant les règles de la municipalité. Leurs décisions seraient invalides, arguait le juriste Michael S. Polowin.

M. Moreau n’a pas voulu confirmer si ces arguments seraient inclus dans l’éventuelle contestation de la décision du conseil municipal, ne souhaitant pas dévoiler trop rapidement sa stratégie devant la Cour supérieure de l’Ontario.

Dans un communiqué, Patrimoine Ottawa confirme avoir embauché Me Polowin et, à titre de co-avocat, Marc Denhez pour conseiller l’organisme de défense du patrimoine quant aux «options juridiques à envisager selon l’avenir qui se dessine pour le Château Laurier».

Robert Moreau indique que la contestation juridique devrait être déposée avant le dépôt d’une demande de dérogation mineure nécessaire à la construction de l’annexe par Larco Investments qui devrait avoir lieu en septembre.

En parallèle des démarches devant les tribunaux, le porte-parole de Patrimoine Ottawa annonce que l’organisme entend se faire entendre devant le comité de dérogation de la Ville d’Ottawa. Les membres du public qui souhaitent empêcher la construction de l’annexe du Château Laurier pourraient, par exemple, être invités à envoyer des lettres aux membres de ce comité pour les inviter à refuser la demande de dérogation mineure.

Ottawa

Un «test difficile» pour le train léger d'Ottawa [VIDÉO]

Les essais complets en vue de la mise en service du train léger qui ont commencé lundi sur la Ligne de la Confédération seront un « test difficile » où tout problème majeur pourrait faire dérailler cette étape importante.

Les essais se déroulent pendant 12 jours consécutifs dans un contexte de service régulier. 

L’objectif de cette étape est de confirmer que le système est prêt à accueillir les passagers. 

Aucun problème majeur ne doit survenir sinon une autre séquence de 12 jours devra être entreprise.

Ottawa

L’acteur Tom Green manifeste contre le projet d’agrandissement du Château Laurier

Le nouveau projet d’agrandissement du Château Laurier ne fait pas l’unanimité chez les citoyens de la région de la capitale. L’acteur et humoriste ottavien Tom Green fait partie de ce lot qui dénonce de vive voix la conception de l’annexe qui sera située à l’arrière du bâtiment historique.

M. Green a invité les citoyens d’Ottawa à se joindre à lui samedi pour un pique-nique au coucher du soleil dans le parc Major’s Hill. L’objectif derrière ce rassemblement est d’encourager les Ottaviens à exprimer leur opinion au sujet du design controversé du projet d’expansion du Château Laurier.

«Cette vue du Château, depuis le parc Major’s Hill, n’existera plus. J’ai passé beaucoup de temps à cet endroit en grandissant. Je veux qu’Ottawa demeure une belle ville et qu’on protège notre patrimoine», explique M. Green

À LIRE AUSSI : L’agrandissement controversé du Château Laurier peut aller de l’avant

Regroupement national pour «sauver» le Château Laurier

Le controversé Château Laurier revient à l’agenda

Encerclé par une centaine de personnes, il a pris le temps de saluer tous les citoyens un à un afin d’entendre leurs préoccupations et échanger avec eux. Il s’est même permis quelques séances photo derrière l’emblématique bâtiment tout en encourageant les gens à partager ces photos en utilisant le mot-clic #SaveChateauLaurier (#SauvonsLeChâteauLaurier). «Tout ça a commencé par un tweet. Maintenant tout ces gens sont ici pour supporter une cause commune qui leur tient à cœur. Je les encourage a faire de même et à se faire entendre eux aussi.»

M. Green implore les conseillers municipaux d’Ottawa de se réunir et de trouver une nouvelle alternative au plan proposé par le groupe Larco Investments. «On veut leur dire qu’ils ne peuvent en aucun cas construire le projet comme il est présenté aujourd’hui. C’est aussi notre ville et on veut qu’elle demeure attrayante pour les résidents.»

La députée d’Ottawa-Vanier, Mona Fortier, et la ministre de l’Environnement et du Changement climatique, Catherine McKenna, ont elles aussi décidé de prendre part au bain de foule. Mme McKenna a notamment précisé qu’il est «beau de voir tous ces gens réunis pour cette cause. Les gens doivent parler pour dénoncer». Elle a aussi mentionné que le dossier du Château Laurier «n’est pas final».

Rappelons que la plus récente mouture du projet, la sixième présentée en deux ans et demi, avait été acceptée le mois dernier par le Comité de l’urbanisme de la Ville d’Ottawa, même si elle faisait l’objet d’un grand nombre de critiques de la part des citoyens et d’organismes comme Patrimoine Ottawa. L’organisme a d’ailleurs créé le groupe de pression national «Les Amis du Château Laurier» cherchant à mettre un frein à la construction du projet. Ces derniers sont en accord avec la construction d’une annexe, mais jugent tout de même que le format actuel est incompatible avec les attributs du Château Laurier.

En dépit d’une motion déposée par le conseiller Mathieu Fleury plus tôt ce mois-ci visant à faire révoquer le permis en matière de patrimoine accordé par la Ville à Larco Investments, le conseil municipal ottavien a approuvé le projet d’agrandissement avec une majorité de 14 contre 9.

Le projet hôtelier comprend un bâtiment de sept étages avec une cour intérieure et 147 chambres.

+

Ottawa

Les essais du train léger d'Ottawa débuteront cette semaine

Le maire d'Ottawa, Jim Watson, a annoncé samedi que le consortium Rideau Transit Group (RTG) a bel et bien terminé la construction du train léger d'Ottawa et que les essais débuteront cette semaine.

M. Watson précise qu'une période de tests de 12 jours consécutifs, au cours de laquelle la mise en fonction du train léger devra se faire sans anicroche, débutera plus tard cette semaine.

À LIRE AUSSI : La construction et les mises à l’essai du train léger sont terminées

Cette annonce signifie que le certificateur indépendant a donné le feu vert à la Ville après avoir effectué des vérifications sur le produit rendu par RTG.

Les principaux éléments qui seront évalués lors de la période de mise en fonction sont notamment la sécurité et le fonctionnement du réseau, les activités d’entretien, le rendement des véhicules ainsi que les systèmes à l’intérieur des stations comme les escaliers roulants et les ascenseurs.

Ottawa

Une étude pour contrer la violence liée aux armes à feu

La Commission des services policiers d’Ottawa a accepté une motion voulant que les autorités policières de la Ville se penchent sur des stratégies afin de mieux prévenir les altercations violentes liées aux armes à feu sur leur territoire.

L’étude sera réalisée grâce à la collaboration du Service de police d’Ottawa (SPO) et de l’organisme Prévention du crime Ottawa.

Ottawa

La construction et les mises à l’essai du train léger sont terminées

Le Rideau Transit Group (RTG) a soumis à la Ville lundi un avis d’achèvement substantiel des travaux du train léger d’Ottawa.

Cet avis signifie que le consortium responsable des travaux estime que le projet a avancé au point où la construction et les mises à l’essai sont terminées.

La Ville dispose maintenant de cinq jours pour donner au certificateur indépendant le temps d’évaluer les progrès pour savoir si les conditions à l’achèvement substantiel des travaux sont respectées. Si le certificateur indépendant approuve les progrès faits par RTG, la mise en fonction pourra débuter.

À LIRE AUSSI: Le train léger d'Ottawa accueillera ses premiers passagers en septembre

RTG procédera ensuite à une période de test de 12 jours au cours duquel le système doit fonctionner parfaitement.

La Ville disposera ensuite d’une période de quatre semaines maximum pour effectuer les derniers préparatifs avant l’ouverture officielle du réseau au public.

Rappelons que le maire Jim Watson a déclaré le mois dernier que les passagers pourraient possiblement profiter du système d’ici la mi-septembre. 

Ottawa

Les bars éphémères de la CCN se laissent désirer

La Commission de la capitale nationale (CCN) n’a toujours pas annoncé de date pour l’ouverture de trois bistros éphémères dans des parcs d’Ottawa.

Une clôture jaune encerclait samedi le bistro du parc de la Confédération. 

Deux autres bistros doivent ouvrir leurs portes au parc des Rapides-Remic ainsi qu’au parc du ruisseau Patterson, dans le quartier Glebe, où la CCN fait face à de l’opposition de citoyens qui craignent le bruit et une augmentation de la circulation dans le secteur.

Dans le cadre de ce projet pilote de deux ans, la CCN s’est associée avec des restaurateurs locaux «pour améliorer l’expérience offerte sur des berges et dans des parcs urbains».

Pour cette expérience, des conteneurs d’expédition ont été transformés «de manière créative, dans un design moderne», pour accueillir les bistros.

Chacun de ces bistros extérieurs, où seront servis boissons et aliments, pourra accueillir jusqu’à 40 clients.

Une évaluation des trois sites choisis est prévue après la saison 2019.

Ottawa

Le savoir-faire canadien au programme Apollo exposé à Ottawa

Niché dans un recoin du Musée de l’aviation et de l’espace du Canada à Ottawa se trouve un rare exemplaire d’une «jambe» comme celles fixées sur Apollo 11.

C’est l’entreprise longueuilloise Héroux Machine Parts Limited (aujourd’hui Héroux-Devtek), spécialisée dans la fabrication de trains d’atterrissage, qui s’était vue confier la responsabilité de développer et construire le train d’atterrissage du module lunaire dans lequel prenaient place les astronautes Neil Armstrong, Buzz Aldrin et Michael Collins.

Erin Gregory, conservatrice au Musée de l’aviation et de l’espace du Canada, a indiqué que la pièce exposée, qui témoigne de la contribution historique du savoir-faire québécois à la mission lunaire, fut donnée par le musée américain Cradle of Aviation, de New York.

«Pour nous, cette pièce est une représentation de la contribution canadienne au programme spatial américain. Ça fait partie d’une histoire qui se continue», a souligné Mme Gregory, rappelant que le Canada continue d'être un partenaire des États-Unis dans les missions d’exploration spatiale.

Héroux-Devtek a tenu à souligner sa fierté de célébrer le 50e anniversaire de l’alunissage d’Apollo 11 alors que son train d’atterrissage a permis à l’humanité de faire ses premiers pas sur la Lune, le 20 juillet 1969.

«Notre travail avec la NASA continue de faire partie de notre identité et témoigne de l’expertise et du savoir de nos ingénieurs et de nos employés», a indiqué le président et chef de la direction d’Héroux-Devtek, Martin Brassard.

Les jambes du train d’atterrissage d’Apollo 11, semblables à des pattes d’araignée, se trouvent toujours sur le site d’alunissage, dans la mer de la Tranquillité.

«Notre collaboration avec la NASA a été un moment important de notre histoire et a permis de propulser les esprits et la technologie du Québec sur la scène mondiale», a précisé le président du conseil d’Héroux-Devtek, Gilles Labbé.

Héroux Machine Parts Limited avait obtenu le mandat de construire les jambes d'Apollo 11, faites d'aluminium, de l’entreprise américaine Grumman.

Lors d’une présentation spéciale sur la mission d’Apollo 11, samedi, Mme Gregory a signalé que les Canadiens ont fait leur marque dans plusieurs volets du programme spatial, dont les communications et le développement de logiciels.

Ottawa

Plus de 43 000 lampadaires convertis aux DEL à Ottawa

La conversion de 58 000 lampadaires à la technologie des diodes électroluminescentes (DEL) à Ottawa d’ici 2020 va bon train alors que la capitale a atteint 75 % de son objectif.

En date de mardi, quelque 43 300 lampadaires à vapeur de sodium à haute pression ou aux halogénures avaient été changés, indique la Ville. Si le rythme se maintient, l’opération entamée en 2016 et réalisée en collaboration avec Hydro Ottawa ainsi qu’Envari devrait être complétée à la fin de l’été 2020.

Ottawa

Château Laurier: «Les Gatinois auraient dû réagir plus vivement»

Jugeant l’agrandissement projeté du Château Laurier « inadmissible » et la décision de la Ville d’Ottawa « très difficile à comprendre », la Société d’histoire de l’Outaouais (SHO) affirme que ce sont les gens de Gatineau qui auront en fin de compte la pire perspective sur l’emblématique bâtiment.

« À notre avis, ceux qui vont perdre le plus dans tout cela, ce sont les gens du côté de Gatineau. Quand on va arriver par le pont Alexandra, c’est ce qu’on va apercevoir, cette boîte carrée. On a beaucoup répété qu’on ne verra aucune différence à la façade, en direction sud, mais du côté nord, la perspective va changer totalement. Je pense que les Gatinois auraient dû réagir beaucoup plus vivement. Ce que je trouve le plus triste, c’est qu’on a une vue exceptionnelle quand on se retrouve au parc Major’s Hill, avec l’édifice de l’Est, le Canal Rideau et le Château Laurier à proximité. Cet ajout-là va venir complètement briser cet ensemble patrimonial harmonieux », plaide le président de l’organisme, Michel Prévost.

Ottawa

Une chasse au trésor de 80 000 $ à Ottawa

Les amateurs de chasse au trésor pourront s’en donner à cœur joie le 27 juillet prochain, alors qu’un trésor d’au moins 80 000 $ sera caché à Ottawa.

Créé par la compagnie canadienne ArsenalFX, Gold Rush Canada se veut une véritable chasse au trésor lors de laquelle un total de 500 000 $ pourra être trouvé à travers les villes d’Ottawa, Montréal, Toronto, Edmonton, Calgary et Vancouver. 

Une cagnotte d’un minimum de 80 000 $ se retrouvera dans chacune des villes.

Ottawa

L’agrandissement controversé du Château Laurier peut aller de l’avant

Le projet d’agrandissement du Château Laurier pourra aller de l’avant. Le dernier effort pour empêcher la construction de l’annexe au design controversé a échoué, jeudi, comme on pouvait le prédire après la séance du conseil municipal d’Ottawa de la veille.

En milieu de semaine, la motion du conseiller de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, pour révoquer le permis en matière de patrimoine a été défaite avec une majorité de 14 votes contre 9. Un nouveau vote devait toutefois être tenu puisque la conseillère Diane Deans a présenté une motion de réexamen de la proposition de M. Fleury, appuyée par plus du tiers du conseil.

À LIRE AUSSI :

> La ministre McKenna s’en mêle, la CCN réagit

> Le ministre Rodriguez invité à s’en mêler

Le controversé Château Laurier revient à l’agenda

L’élu du quartier Collège, Rick Chiarelli, avait voté stratégiquement contre la motion de Mathieu Fleury afin de pouvoir appuyer la requête de Mme Deans. Voyant que leurs démarches pour empêcher la construction de l’annexe du Château Laurier s’apprêtaient à être infructueuses, un groupe d’élus ont concocté ce plan pour gagner du temps.

Ces conseillers croyaient que le nouveau vote sur la motion aurait lieu à la prochaine séance du conseil municipal à la fin du mois d’août. Le maire, Jim Watson, les a toutefois pris de court en proposant la tenue d’une séance extraordinaire du conseil municipal jeudi après-midi.

Avant de pouvoir tenir un nouveau vote sur la motion de Mathieu Fleury, le processus de réexamen prévoit que la majorité du conseil accepte de rouvrir le débat, ce qui n’a pas été le cas. Tous les élus qui ont voté contre la motion pour révoquer le permis de Larco Investments — propriétaire du Château Laurier — mercredi ont refusé de rouvrir le débat, à l’exception de M. Chiarelli. La demande de réexamen de la proposition a donc été défaite à 13 contre 10.

Disposant de moins de 24 heures pour convaincre leurs collègues, les élus qui appuient la démarche de M. Fleury n’ont pas réussi à renverser la vapeur. Ce dernier affirme même que ses collègues n’ont « pas respecté la démocratie », jeudi.

« Ce qu’on a vu, c’est qu’il semble y avoir un parti politique à l’hôtel de ville, ça vote en bloc, lance Mathieu Fleury. Le vote aurait pu être le même, mais permettre aux élus encore une fois de présenter différentes composantes avait une valeur. C’est une façon de fermer le débat. »

« Normalement, quand tu demandes le réexamen d’une motion, il y a une certaine période de temps pour permettre la réflexion. […] Ça devait nous donner sept semaines et beaucoup de choses auraient pu se passer pendant ce temps », affirme M. Chiarelli qui, malgré son appui à M. Fleury, verra son nom demeurer dans la colonne des « contres » dans les archives de la Ville.

Le maire, Jim Watson, balaie les accusations d’avoir adopté une démarche anti-démocratique en votant contre la tenue d’un nouveau débat sur la motion de Mathieu Fleury. Il estime qu’aucune nouvelle information n’était disponible depuis les longs échanges qui ont eu lieu la veille.

« Nous discutons de ce projet depuis environ 1200 jours. Une majorité de conseillers ont dit qu’il était de passer à autre chose. Nous en avons débattu pendant longtemps, durant des dizaines de réunions et de consultations », soutient M. Watson.

Pour la suite des choses, le maire s’attend à ce que le groupe citoyen « Les Amis du Château Laurier » dépose une poursuite contre la Ville. De son côté, le conseiller Fleury affirme que « toutes les options sont sur la table » pour continuer la lutte et empêcher la construction de l’annexe au Château Laurier.

Ottawa

Château Laurier: la ministre McKenna s’en mêle, la CCN réagit

La ministre fédérale de l’Environnement, Catherine McKenna, s’est immiscée dans le chaud dossier du Château Laurier jeudi.

Elle souhaite que les propriétaires de l’hôtel historique soumettent un autre projet d’agrandissement même si le conseil municipal d’Ottawa vient d’en approuver la construction.

À LIRE AUSSI :

> L’agrandissement controversé du Château Laurier peut aller de l’avant