Le bateau à roue à aubes, le Chrisalis II, a été sorti de l’eau, vendredi.

Opération délicate à Wakefield

Une scène peu commune a attiré l’attention des résidents de Wakefield, vendredi matin. Un bateau à roue à aubes de 50 tonnes a été retiré des eaux de la rivière Gatineau, lors d’une délicate opération «terre et mer» visant à permettre l’entretien du Chrisalis II, propriété d’une femme de Chelsea.

Melanie Hopkins observe son bateau en discutant avec les curieux, que tous semblent connaître, sur le chemin Riverside. C’est la première fois en 38 ans que le Chrisalis II sort de l’eau. «On doit faire l’entretien de la roue», explique-t-elle, entre deux salutations aux passants.

Ce bateau, qui rappelle des scènes du 19e siècle sur le fleuve Mississippi, est habituellement amarré dans le secteur Burnett, à Chelsea.

Mme Hopkins a navigué jusqu’à Wakefield, où des riverains ont accepté de lui prêter une partie de leur terrain, afin de lui permettre de procéder à l’entretien.

La bateau a été soulevé par une grue équipée de câble, et a été déplacé, par dessus le chemin Riverside, jusqu’au terrain.

Une large structure métallique a accueilli l’embarcation sur la terre ferme, en fin d’avant-midi.

Le bateau de trois étages a été construit par son mari, feu Alan Hopkins, architecte. Il a été construit à partir d’une barge servant à transporter du bois. L’embarcation délabrée a été remise en bon état, et transformée en bateau à roue à aubes.

Le Chrisalis II est assez bien équipé pour qu’une famille y vive pendant la belle saison. Il transporte des touristes sur la Gatineau, l’été.

Le Chrisalis II doit retourner à l’eau, le 5 octobre.