Le ministre responsable de l'Outaouais, Mathieu Lacombe, croit que «tout le monde peut mettre l'épaule à la roue» pour améliorer la sécurité sur l'autoroute 50.

«On a tous un rôle à jouer pour assurer la sécurité sur l'autoroute 50» - Mathieu Lacombe

En attendant la sécurisation et l’élargissement de l’autoroute 50, le ministre responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, a demandé à ce qu’une campagne de prévention soit lancée pour freiner les ardeurs des conducteurs aux comportements délinquants.

Réagissant vendredi à l’accident survenu la veille qui a coûté la vie à un automobiliste de 24 ans, M. Lacombe souligne que «c’est toujours un choc» lorsque de telles tragédies surviennent.

Un résident de la région âgé de 24 ans, Scott Trudeau, a péri après que le véhicule qu’il conduisait eut dévié de sa voie et heurté un véhicule circulant en sens inverse, jeudi soir, près de la bretelle de sortie du chemin Doherty. Le conducteur de l’autre véhicule, un homme de 72 ans, reposait toujours dans un état critique à l’hôpital, vendredi après-midi. «On craint toujours pour sa vie», a indiqué le sergent Marc Tessier, porte-parole de la Sûreté du Québec.

Ce dernier a fait savoir que «la vitesse pourrait être un des facteurs» expliquant la collision frontale, tandis que la distraction au volant est aussi une hypothèse envisagée par les enquêteurs.

Alors que l’installation de clôtures munies de câbles métalliques n’aura pas lieu avant l’an prochain sur l’autoroute 50, le ministre Lacombe estime que d’ici là, tous les usagers de la route doivent être mis à contribution pour éviter d’autres drames.

«On ne veut pas que ça arrive, on fait ce qu’il faut pour ne pas que ça arrive, dit-il. En même temps, on ne peut pas aller plus rapidement pour les mesures de sécurisation, mais je pense qu’on peut faire définitivement un bout de chemin pour faire de la prévention, pour que tout le monde mette l’épaule à la roue, […] pour changer nos comportements et améliorer la sécurité sur ce tronçon-là en attendant.»

Campagne de prévention

M. Lacombe souligne que la présence policière a été accrue sur le «tronçon problématique» de l’autoroute 50, tout en reconnaissant que les autorités ne peuvent pas «aller dans chacun des véhicules» pour s’assurer que les conducteurs sont prudents.

«J’ai aussi demandé à ce qu’une campagne de prévention soit lancée, parce que je pense qu’on doit tous faire des efforts pour augmenter la sécurité d’ici à ce que les mesures [de sécurisation] voient le jour, a indiqué le ministre en entrevue. […] Il faut s’assurer que les gens changent leurs comportements pour éviter qu’il y ait d’autres décès, pour éviter qu’il y ait d’autres blessés, ou en tout cas pour mettre toutes les chances de notre côté. […] On a tous un rôle à jouer pour assurer la sécurité sur l’autoroute 50.»

Mathieu Lacombe souhaite que la campagne de sensibilisation soit lancée «rapidement», sans préciser d’échéancier précis.

Alors qu’on compte maintenant quatre accidents graves depuis le début juillet sur ce tronçon de l’autoroute situé à l’est de Gatineau, le ministre n’entend pas arrêter d’y circuler. En soulignant qu’il n’a jamais emprunté l’autoroute 417 pour arriver ou partir de la région depuis son élection, il confie avoir toujours les risques en tête.

« Je vis toujours, comme tous les autres citoyens, avec cette pensée là qu’à un moment donné, ça pourrait être ma famille qui soit victime d’un accident, que ça pourrait être moi ou quelqu’un que je connais. On ne veut pas que ça arrive, on veut que personne ne perde la vie sur l’autoroute 50. C’est pour ça que je pense qu’on a tous un rôle à jouer.»