L’équipe du chercheur Douglas Stenton a retrouvé des boucles de ceinture et des boutons après avoir fouillé une zone de l’Île du Roi-Guillaume, au nord du Nunavut, appelée Two Grave Bay.

Nouvelles découvertes sur la fin de l’expédition Franklin

Un chercheur ontarien a utilisé une nouvelle technologie pour identifier clairement le lieu du dernier repos d’un officier membre de l’expédition Franklin, ajoutant de nouvelles informations sur le destin tragique de l’équipage en quête du passage du Nord-Ouest.

Douglas Stenton, membre du corps professoral de l’Université de Waterloo, a également mis au jour une collection d’accessoires appartenant vraisemblablement aux membres les plus élevés de la hiérarchie parmi l’équipe de l’expédition. Il a utilisé une combinaison de cartes actuelles et du passé, ainsi que des détecteurs de métaux dans son travail au Nunavut.

Ses découvertes s’appuient sur le travail d’archéologues du XIXe siècle qui se sont rendus au même endroit sur la côte ouest de l’Île du Roi-Guillaume en 1879. Ils avaient baptisé la région Two Grave Bay après avoir repéré deux sépultures.

M. Stenton, l’ancien directeur du patrimoine pour le territoire du Nunavut, a expliqué que les différences entre les cartes actuelles et celles produites lors de l’expédition de 1879 avaient compliqué la tâche des explorateurs modernes pour retrouver les découvertes antérieures.

« Je voulais aller jeter un autre coup d’œil à cet endroit pour voir si l’on pouvait localiser une ou deux de ces sépultures », a-t-il mentionné en entrevue téléphonique. « On a réussi à le faire. »

Les mystères entourant la quête du passage du Nord-Ouest par Sir John Franklin ont captivé bien des gens depuis plusieurs décennies. Les chercheurs ont commencé à étudier les circonstances de la mission funeste peu de temps après qu’il soit devenu évident que quelque chose avait mal tourné.

Franklin a quitté l’Angleterre en 1845 avec 129 hommes à bord de deux navires avec la mission de trouver une route maritime par le nord, entre les océans Atlantique et Pacifique. Personne n’est rentré de l’expédition. Les opérations de recherche ont constaté que le NSM Erebus et le NSM Terror ont été faits prisonniers des glaces avant d’être abandonnés.

Des questions sur le sort du capitaine et de l’équipage ont incité diverses expéditions subséquentes à enquêter sur ce qui s’est passé. Un voyage en traîneau par le chercheur américain Frederick Schwatka a notamment eu lieu en 1878.

En 1879, Schwatka a décrit avoir trouvé les lieux de deux sépultures à l’endroit qu’il a nommé Two Grave Bay. Ses archives font mention de restes humains, de morceaux de tissu bleu marine et de boutons semblant appartenir à des membres de l’équipage de Franklin, a raconté Douglas Stenton.

Nouvelle exploration

M. Stenton, qui participe depuis longtemps aux efforts de recherche d’informations sur l’expédition Franklin, a estimé que les archives de Schwatka constituaient un bon point de départ pour une nouvelle exploration.

À la fin d’août, le chercheur et deux membres de la Garde côtière canadienne ont commencé à fouiller la zone de Two Grave Bay.

Ils ont concentré leurs efforts autour d’un groupe de pierres qui semblaient avoir été délibérément disposées. Ils ont rapidement pu récupérer un bouton doré tel que documenté par M. Schwatka il y a près de 140 ans.

Au total, l’équipe de M. Stenton a récupéré trois boucles de ceinture en métal, dix boutons dorés et un 11e en nacre. Selon l’expert, ces accessoires ne pouvaient appartenir qu’à des officiers ou des membres élevés de la hiérarchie.

Les chercheurs ont ensuite trouvé des ossements humains à une certaine distance, dont un crâne et une mâchoire encore intacts, ainsi qu’un os de mollet partiel.

Les experts souhaitent effectuer des tests ADN sur ces restes humains. Ceux-ci ont déjà extrait les profils génétiques de 24 membres d’équipage de l’expédition et tentent activement de trouver des descendants actuels.