La nouvelle signature de la MRC de Papineau.

Nouvelle signature touristique, toujours pas de consensus

Faire grimper son nombre annuel de visiteurs de 720 000 à 1,5 million d’ici 2030. C’est l’objectif de la MRC de Papineau qui vient de se doter d’une nouvelle stratégie identitaire touristique.

Après environ 45 minutes de débat, les maires de la Municipalité régionale de comté ont adopté à la majorité, mercredi soir, les recommandations faites par la firme Raymond Chabot Grant Thornton. Cette dernière avait été embauchée au coût de 34 000 $ en juillet dernier afin d’élaborer une stratégie identitaire touristique et son pendant promotionnel pour le compte de l’instance régionale. Cette commande découlait d’un sommet organisé le printemps dernier au cours duquel plus de 150 acteurs de l’industrie touristique de la région ont participé.

Parmi les faits saillants de la nouvelle stratégie, l’appellation « La Petite-Nation La Lièvre » et la feuille de chêne, utilisées depuis 2009 par la MRC de Papineau dans toutes ses promotions touristiques, seront reléguées aux oubliettes. L’étiquette « Petite Nation », avec comme logo les lettres P et N présentées sous forme d’un drapeau, sera maintenant utilisée comme image de marque touristique de la MRC.

Le slogan promotionnel « Revenez sur terre », en référence au patrimoine naturel de la MRC, accompagnera l’appellation.

La nouvelle stratégie identitaire présente pour sa part la région non plus comme un territoire, mais comme « une communauté d’accueil », peut-on lire dans le document.

« C’est comme si Petite Nation devenait un petit pays, un petit État en soit, d’où le fait que nous avons enlevé le trait d’union », a précisé Jessy Laflamme, agente de développement rural — volet tourisme pour la MRC de Papineau, à ce sujet.

Les maires de la Vallée-de-la-Lièvre s’opposent

Le changement d’appellation a suscité la contestation autour de la table des maires. Les magistrats des localités situées du côté de la Lièvre, soient Val-des-Bois, Bowman, Mulgrave-et-Derry et Mayo, ont voté contre la résolution pour une question de « sentiment d’appartenance ». Lac-des-Plages s’est aussi opposée à la recommandation.

« Si on veut sentir que nous sommes intégrés à la région, on doit sentir qu’on en fait partie. Le titre, Petite Nation n’est vraiment pas représentatif de nos municipalités », a lancé le maire de Val-des-Bois, Roland Montpetit, au nom des opposants.

« Je ne me reconnais pas à travers la Petite-Nation. Je me sens négligé, mis de côté », a partagé Pierre Labonté, maire de Bowman.

À cet égard, le préfet de la MRC de Papineau et maire de Thurso, Benoît Lauzon, a rappelé que près de 100 000 $ avaient été injectés dans trois études dans les dernières décennies pour venir à bout de cerner une stratégie touristique régionale. Le même débat revient à chaque fois, a-t-il dit. « Je pense que dans la vie, il faut oser », a affirmé M. Lauzon.

« Le nom n’est pas fait pour créer un sentiment d’appartenance. Le nom doit servir pour accrocher les gens de l’extérieur et pour le développement touristique », a ajouté le maire de Fassett, Éric Trépanier.

Du pain sur la planche

La démarche de la MRC s’accompagnera d’un plan d’action 2019-2021 pour lequel 80 000 $ ont été réservés pour l’année à venir.

Parmi les actions qui seront prises en lien avec cette stratégie, un réseau de promenades champêtres uniques sera notamment élaboré.

Cinq types de promenades seront créés (sauvages, bucoliques, gourmandes, culturelles et sportives), chacune invitant le touriste à explorer des attraits spécifiques selon ses intérêts.

Le comité du Plan d’action touristique 2019-2021, composé d’intervenants du secteur touristique, de gens d’affaires, d’élus et de représentants municipaux, présentera au printemps prochain un plan de marketing pour mousser cette nouvelle stratégie.