Les associations de soccer de Buckingham et de Masson-Angers viennent de franchir une nouvelle étape en vue d’une unification.

Nouvelle étape franchie

Les associations de soccer de Buckingham et de Masson-Angers viennent de franchir une nouvelle étape en vue d’une unification.

Par voie de résolution, Soccer Outaouais a donné sa bénédiction au projet de création d’un club unifié pour l’est de Gatineau, lundi. L’instance régionale a du même souffle levé la suspension qui pesait depuis janvier sur l’Association de soccer de Masson-Angers (ASMA). Soccer Outaouais avait suspendu le club puisque celui-ci n’avait pas respecté le protocole d’entente concernant le remboursement de sa dette, laquelle est chiffrée à près de 24 000 $.

Ce feu vert accordé par l’association régionale fait donc suite au mandat octroyé la semaine dernière par les membres de l’Association de soccer de Buckingham qui ont demandé à leur conseil d’administration de travailler conjointement avec l’ASMA à la création d’un nouveau club qui représentera l’est de Gatineau et ses environs. Les membres de l’ASMA avaient déjà donné leur accord à ce projet de regroupement en février.

Une assemblée générale visant la création de cette nouvelle structure de gestion du soccer pour l’est de la Ville de Gatineau aura lieu le 15 mars, à 19 h, au centre de services de Masson-Angers.

La présidente de l’ASMA, Roxanne Chartrand, soutient que les membres du nouveau club auront à voter sur quatre propositions de noms. Pour la première saison d’activités de l’organisme, les instigateurs de la fusion espèrent attirer 550 jeunes sur les terrains. Ils étaient environ 500 athlètes à pratiquer le sport à Masson-Angers en 2017, et 200 autres du côté de Buckingham.

« Nous sommes vraiment conservateurs dans nos prévisions considérant que nous avons finalisé 75 % de nos inscriptions à ce temps de l’année habituellement chez l’ASMA. En ce moment, nous n’avons pas lancé les inscriptions. Nous sommes conscients avec tout ce qui s’est passé depuis un mois qu’il y a des parents qui ont peut-être inscrit leur enfant dans un autre club de l’Outaouais. On aime mieux être en mode prévention pour cette première année », a expliqué Mme Chartrand.