La municipalité de Notre-Dame-de-la-Salette, qui se trouve sur le territoire de la MRC des Collines-de-l’Outaouais, a amorcé des démarches dans le but d’être annexée à la MRC de Papineau.

Notre-Dame-de-la-Salette veut changer de MRC

La municipalité de Notre-Dame-de-la-Salette, qui se trouve sur le territoire de la MRC des Collines-de-l’Outaouais, a amorcé des démarches dans le but d’être annexée à la MRC de Papineau.

Le conseil municipal de Notre-Dame-de-la-Salette a adopté au début du mois une résolution dans laquelle il demande au ministère des Affaires municipales et de l’Habitation de lancer une étude afin d’évaluer un éventuel transfert territorial vers la MRC de Papineau, qui compte déjà 24 municipalités dans ses rangs.

Les conseils des maires de Papineau et des Collines-de-l’Outaouais doivent respectivement voter sur la question mercredi et jeudi soir, lors de leur assemblée ordinaire de décembre. Leur accord est nécessaire pour que le processus d’étude souhaitée par Notre-Dame-de-la-Salette soit enclenché puisque la requête qui devra être envoyée à Québec doit être entérinée conjointement par les trois organisations.

Le maire de Notre-Dame-de-la-Salette, Denis Légaré, estime que le temps est venu d’entamer un processus de transfert pour sa municipalité dont les partenaires actuels à la table de la MRC des Collines-de-l’Outaouais sont Cantley, Chelsea, La Pêche, Pontiac, Val-des-Monts et L’Ange-Gardien.

Dans sa requête, Notre-Dame-de-la-Salette fait notamment valoir que son indice de vitalité économique, qui se chiffre à -5,3, est beaucoup plus près de celles des villages voisins de Bowman (-10,6), Val-des-Bois (-6,4) et Mulgrave-et-Derry (-6), trois localités situées dans Papineau, que de celle des six autres localités de la MRC des Collines-de-l’Outaouais.

Le Classement des MRC selon l’indice de vitalité économique, dressé en 2014 par l’Institut de la statistique du Québec, plaçait d’ailleurs la MRC de Papineau au 84e rang sur 104 avec un indice de -6,4. La MRC des Collines-de-l’Outaouais se hissait pour sa part au 4e rang dans la Belle Province, avec une cote de 18,4.

« En ce moment, on ne se retrouve pas avec des municipalités de même acabit que la nôtre. Les autres municipalités de la MRC des Collines gèrent l’influx de population alors que nous nous battons contre la dévitalisation. Les enjeux ne sont pas les mêmes et on souhaite être assis à une table des maires qui a des défis et des enjeux semblables à nous. Nous en sommes venus à la conclusion qu’on ne pourra jamais se développer et s’émanciper en demeurant dans cette MRC », explique le maire Légaré, précisant au passage qu’il n’y a pas d’animosité à la base de la réflexion amorcée par son conseil.

« On souhaite juste regarder vers le futur et poser un geste qui aurait dû être fait il y a longtemps », dit-il.

Parmi les autres arguments mis de l’avant par le conseil salettois, il y a le fait que Notre-Dame-de-la-Salette partage ses frontières géographiques avec la MRC Papineau et que la municipalité bénéficie de plusieurs services déjà offerts par cette MRC, notamment la téléphonie IP, les services de fibre optique et d’Internet et le CLSC Vallée-de-la-Lièvre.

L’écart de taille de Notre-Dame-de-la-Salette, en termes de population (756 habitants) est aussi moins important avec les localités de la MRC de Papineau en comparaison avec la MRC des Collines-de-l’Outaouais, peut-on lire dans la résolution.

Selon M. Légaré, le processus pourrait progresser rondement si les deux MRC acceptent d’appuyer la demande d’étude. Aucun échéancier n’a encore été déterminé.