Sept directeurs généraux se sont succédé au cours des sept dernières années à Notre-Dame-de-la-Salette.
Sept directeurs généraux se sont succédé au cours des sept dernières années à Notre-Dame-de-la-Salette.

Notre-Dame-de-la-Salette perd son DG pour une période temporaire

Benoit Sabourin
Benoit Sabourin
Le Droit
Le jeu de la chaise musicale se poursuit à la direction générale de Notre-Dame-de-la-Salette.

Alors que l’hôtel de ville de la municipalité est sous haute tension depuis les derniers mois, voilà que les élus ont confirmé, lundi soir lors d’une réunion extraordinaire, le remplacement du directeur général Claude Sarrazin «de façon temporaire».

Selon le libellé de la résolution, M. Sarrazin, qui a été embauché en avril 2020 comme directeur général et secrétaire-trésorier de la municipalité, «est en congé pour 12 semaines» et sera remplacé sur une base intérimaire par Anik Morin, qui agit actuellement comme directrice générale de la municipalité voisine de Val-des-Bois.

Joint par Le Droit, le maire de Notre-Dame-de-la-Salette, Denis Légaré, n’a pas voulu commenter la nouvelle puisqu’il s’agit d’un «dossier de ressources humaines», a-t-il dit. À savoir si l’absence de M. Sarrazin était reliée au contexte actuel qui règne au sein de l’administration municipale, le premier magistrat n’a pas voulu se prononcer.

Les élus de Notre-Dame-de-la-Salette ont réclamé l’aide du ministère, plus tôt cet automne, en indiquant que «la Municipalité vit certaines difficultés sur le plan relationnel entre le conseil municipal, le maire et la direction générale» et que «ces difficultés entraînent des conséquences sur le fonctionnement de la Municipalité et le processus de prise de décision».

Le maire de Notre-Dame-de-la-Salette, Denis Légaré

En entrevue avec Le Droit, le maire Légaré avait laissé entendre, plus tôt en novembre, que la crise qui sévissait à l’hôtel de ville était reliée à M. Sarrazin.

«C’est en partie dû au fait que nous avons un nouveau directeur général qui ne connaît pas bien son rôle. Il aurait eu besoin d’une certaine formation avant d’être nommé directeur général parce que c’est un commis-comptable de profession. Comme commis-comptable, il est parfait, mais je pense qu’il n’a jamais fait de gestion de municipalité», avait affirmé le maire Légaré.

Ce dernier avait d’ailleurs exercé son droit de veto à deux reprises lors de précédentes séances du conseil afin de s’opposer à la résolution mettant fin à la période de probation du nouveau directeur général. Ce n’est qu’au début novembre que les échevins ont finalement pu adopter la résolution visant à confirmer M. Sarrazin dans ses fonctions de façon permanente. La résolution en était à son troisième dépôt devant le conseil.

M. Sarrazin n’a pas voulu commenter l’affaire publiquement lorsque joint par Le Droit, il y a deux semaines.

À noter que Claude Sarrazin est la septième personne à occuper les fonctions de directeur général à Notre-Dame-de-la-Salette au cours des sept dernières années.