Plus de 58 000 automobilistes québécois ont été raccompagnés chez eux en 2016.

Nez rouge: près de 1900 raccompagnements en Outaouais

La 32e campagne d'Opération Nez rouge s'est conclue avec près de 1900 raccompagnements en 14 soirées en Outaouais, soit légèrement en deçà des statistiques de l'année dernière.
Au total, 1576 participations bénévoles ont été enregistrées entre le 25 novembre et le 31 décembre. De plus, les dons des utilisateurs du service visant à rendre nos routes plus sécuritaires pendant le temps des Fêtes auront permis d'amasser quelque 43 000$ pour le Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) en Outaouais. 
À l'échelle provinciale, la situation est semblable alors que le service de raccompagnement a reconduit à la maison presque autant d'automobilistes québécois que l'an dernier, malgré une météo peu clémente.
En tout, 58 701 automobilistes au Québec ont été raccompagnés chez eux en 2016, par rapport à 60 741 l'année précédente.
Quant aux bénévoles, pas d'essoufflement en vue. Ils ont été aussi nombreux pour cette 33e campagne qu'en 2015: 43 002 Québécois ont prêté main-forte, contre 43 500 l'an dernier.
Jean-Marie De Koninck, président et fondateur d'Opération Nez rouge, note en entrevue que la baisse du nombre de raccompagnements est attribuable aux tempêtes de neige qui ont sévi au Québec en décembre, et qui ont forcé l'annulation de cinq soirées dans certaines régions, ce qui a évidemment eu un impact sur le nombre d'automobilistes ayant profité des services de l'organisme.
«Comme il y a eu beaucoup de neige, les raccompagnements sont beaucoup plus lents», explique M. De Koninck.
«Les bénévoles doivent rouler moins rapidement parce que la chaussée est glissante. Et quand on va rejoindre un client, il faut déneiger la voiture, ça prend plus de temps. Donc des équipes très performantes qui faisaient sept ou huit raccompagnements par soirée, ils en faisaient peut-être cinq ou six.»
«Compte tenu de tout cela, on est très contents d'avoir pu livrer la marchandise et d'avoir pu répondre à la demande», souligne-t-il.
De mémoire, il s'agit de l'année où le plus grand nombre de soirées du temps des fêtes ont dû être annulées, pour assurer la sécurité des bénévoles et des fêtards, dit-il.
«On n'a jamais eu des conditions aussi difficiles», a dit le président et fondateur d'Opération Nez rouge.
L'an dernier, le mauvais temps avait empêché les équipes de Nez rouge de travailler pendant seulement une soirée.
Par ailleurs, les Québécois utilisent de plus en plus l'application mobile de l'Opération Nez rouge. Ils ont été quelque 117 000 à la consulter en 2016: elle indique notamment les temps d'attente dans les régions desservies. L'application fonctionne toute l'année, souligne M. De Koninck, et indique aussi les numéros locaux pour les taxis.
Avec La Presse canadienne