Le président de la centrale syndicale, Jacques Létourneau
Le président de la centrale syndicale, Jacques Létourneau

Négociation du secteur public: la CSN sondera bientôt ses membres

MONTRÉAL - La CSN va bientôt tâter le pouls de ses membres dans le secteur public pour voir jusqu'où ils sont prêts à se mobiliser pour la cause, après avoir reçu en décembre les offres salariales du gouvernement du Québec.

Québec a déposé en décembre des offres d'augmentations de sept pour cent sur cinq ans, mais plus élevées pour les préposés aux bénéficiaires et les enseignants.

«Nos assemblées générales au cours des prochaines semaines, des prochains mois, vont se mettre en action pour bâtir des plans de mobilisation pour faire pression sur ce gouvernement-là», a indiqué le président de la centrale syndicale, Jacques Létourneau, au cours d'une conférence de presse pour la rentrée d'après les Fêtes, vendredi.

Reste que les organisations syndicales du secteur public sont divisées, cette fois-ci, et qu'elles n'ont exceptionnellement pas réussi à constituer un front commun pour la négociation qui va bientôt s'amorcer en vue du renouvellement des conventions collectives du demi-million d'employés de l'État.

Elles ont toutes déposé des demandes distinctes auprès du gouvernement, qui sont même difficilement comparables, puisqu'elles sont libellées parfois en pourcentages d'augmentation, parfois en dollars d'augmentation.

Seule exception: la FIQ et l'APTS (Fédération interprofessionnelle de la santé et Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux), qui font alliance pour les 131 000 infirmières, infirmières auxiliaires, techniciennes en laboratoire, travailleuses sociales et autres qu'elles représentent.

Questionné à savoir si les éventuels plans de moyens de pression seraient aussi déployés de façon séparée ou bien en front commun, M. Létourneau a laissé entendre que bien que la centrale était «ouverte», son plan de mobilisation visait d'abord et avant tout à savoir jusqu'où ses propres membres étaient prêts à se mobiliser pour la cause.

«On va voir comment ça va se passer aux tables. On va voir comment les employeurs vont se comporter sur des bases sectorielles. On va voir comment le gouvernement va se comporter au niveau de la table centrale. Mais c'est clair que notre plan de mobilisation vise d'abord et avant tout à mobiliser les travailleurs et à voir avec eux, un peu, c'est quoi la température de l'eau, jusqu'où ils sont prêts à se mobiliser. Mais, pour la CSN, il n'y a rien d'exclu à ce stade-ci», a-t-il ajouté.

Les fédérations affiliées à la centrale représentent environ 150 000 membres dans les secteurs public et parapublic.