Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Une action civile de 1,52 million intentée contre la police d'Ottawa avait été lancée par les proches d’Abdirahnman Abdi.
Une action civile de 1,52 million intentée contre la police d'Ottawa avait été lancée par les proches d’Abdirahnman Abdi.

Mort d’Abdirahman Abdi: un accord met un terme à l’action civile contre la police d’Ottawa

Jean-Simon Milette
Jean-Simon Milette
Le Droit
Article réservé aux abonnés
La famille d’Abdirahman Abdi et la Commission de services policiers d’Ottawa en sont arrivées à une entente mutuelle lundi, ce qui vient mettre fin à l’action civile résultant de la mort de M. Abdi en 2016 aux mains d’un policier d’Ottawa.

L’Ottavien d’origine somalienne, Abdirahman Abdi, est mort le 24 juillet 2016 à l’âge de 37 ans à la suite d’une intervention policière.

L’agent du Sevice de police d’Ottawa (SPO), Daniel Montsion, a dû faire face à la justice pour son implication dans l’intervention qui a coûté la vie à M. Abdi. L’agent a été formellement accusé d’homicide involontaire, de voie de faits graves et d’agression armée.

Le policier Montsion a été reconnu non coupable à toutes ces accusations le 20 octobre dernier au palais de justice d’Ottawa.

« La Commission et le SPO reconnaissent la nature tragique de la mort de M. Abdi, ainsi que la nécessité de respecter le processus de guérison de la famille », a indiqué lundi soir la directrice générale de la Commission des services policiers d’Ottawa, Krista Ferraro.

« Reconnaissant l’importance d’une conclusion positive à cette affaire au civil, la Commission et la famille se sont engagées dans des discussions continues dans le but d’aboutir à une résolution réciproquement acceptable », poursuit-elle.

Abdirahman Abdi

Les deux parties se sont d’ailleurs entendues sur le fait qu’il y a encore beaucoup de travail à faire en lien avec la façon dont les policiers d’Ottawa interviennent à l’endroit de personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale. De nouvelles mesures pour pallier ce problème pourraient être instaurées dans un avenir immédiat.

La famille de M. Abdi s’est par ailleurs dite encouragée de la volonté du SPO à travailler main dans la main avec la communauté afin de mettre en œuvre « une nouvelle Stratégie d’intervention en santé mentale afin d’accroître la sûreté communautaire et le bien-être de tous les résidents d’Ottawa ».

« L’assurance de meilleurs résultats dans l’avenir constituera l’important héritage de la vie d’Abdirahman », a indiqué Mme Ferraro.

Les détails de l’accord sont toujours confidentiels pour le moment, précise la Commission de services policiers d’Ottawa.

L’action civile de 1,52 million intentée contre le SPO avait été lancée par les proches de la victime deux ans après sa mort, le 24 juillet 2018.