Le maire d'Ottawa, Larry O'Brien, accueille la nouvelle avec prudence.
Le maire d'Ottawa, Larry O'Brien, accueille la nouvelle avec prudence.

Moody's accorde sa meilleure cote à Ottawa

Dominique La Haye
Dominique La Haye
Le Droit
Malgré le contexte de la crise financière mondiale et un déficit anticipé de 21 millions $ dans son budget 2008, la Ville d'Ottawa reçoit une excellente note de la part d'une des plus grandes agences d'évaluation du crédit.
Dans son rapport sur les villes, la société Moody's Investor Services a accordé un Aaa – sa plus haute note – à la Ville d'Ottawa pour ses conditions de crédit.
Sa gestion financière de tradition prudente, la stabilité de son économie, son faible endettement et la solidité de ses réserves sont des facteurs expliquant ses bons résultats selon le rapport.
Le maire d'Ottawa, Larry O'Brien, accueille toutefois la nouvelle avec prudence.
«Ça ne reflète pas l'économie actuelle, dit-il, nous devons, selon moi, nous préoccuper du fait que le système bancaire américain ait commencé à geler le marché du crédit. La province a aussi été claire en nous disant qu'il n'y aurait pas de financement additionnel remis aux municipalités. Nous devons commencer à être prudent sur la manière de dépenser notre argent. (...) C'est bien d'avoir un bon taux de crédit mais c'est mieux d'avoir de l'argent.»
Déficit
Un rapport sur les prévisions budgétaires de la trésorière municipale, Marian Simulik, présenté mardi aux élus, révèle que la Ville finira l'année avec un manque à gagner de 21,5 millions $. Pour éviter de planifier un budget 2009 dans le rouge, la Ville retardera plusieurs projets dinfrastructure dont le financement était prévu cette année.
«Ça représente moins de 1% (le 21,5 millions $) du budget total», indique le maire O'Brien.
Selon lui, ce manque à gagner n'aura pas d'impact sur la hausse du taux des impôts fonciers, puisque l'Ontario ne permet plus aux municipalités de réaliser de déficit.
Cet écart a été causé par la hausse fulgurante du prix de l'essence, l'entente du nouveau contrat de travail des pompiers d'Ottawa qui prévoit des hausses salariales, ainsi que les coûts liés aux opérations de déneigement en raison des tempêtes record l'hiver dernier.