Monde

Les bijoux de Marie-Antoinette offerts aux enchères

GENÈVE, Suisse - Des boucles d’oreilles avec diamants et perles, des colliers de perles, un pendentif de perle géante et d’autres bijoux ayant appartenu à la malheureuse reine française Marie-Antoinette vont être mis aux enchères à Genève, mettant en scène ce qui pourrait être les emblèmes par excellence de l’opulence royale prérévolutionnaire en France.

Sotheby’s présente la vente de mercredi comme une occasion unique de collectionner des souvenirs et des bijoux appartenant à la dynastie des Bourbon-Parme depuis des générations, dont certains n’ont pas été vus en public depuis 200 ans - jusqu’à maintenant.

Marie-Antoinette, qui a été guillotinée en 1793 à l’âge de 37 ans, avait fait passer clandestinement certains de ses biens les plus précieux à ses proches à l’étranger, dans un contexte de ferveur révolutionnaire qui a finalement marqué le début de la fin de la monarchie séculaire de la France.

La pièce maîtresse est peut-être «La perle de la reine Marie-Antoinette», un pendentif de diamants et de perles dont la valeur est estimée à entre un et deux millions de dollars US, et possiblement plus. Il comporte une perle naturelle en forme de goutte de 2,58 centimètres, plus grosse que la perle de Peregrina qui faisait autrefois partie de la collection de la vedette hollywoodienne Elizabeth Taylor.

«Le pendentif de Marie-Antoinette est tout simplement irremplaçable, a déclaré Eddie LeVian, le PDG de la bijouterie Le Vian. Il s’agit bien plus que des bijoux: les bijoux de Marie-Antoinette sont inextricablement liés à la cause de la Révolution française.»

Les bijoux de la reine sont répartis sur plusieurs lots, y compris un ensemble de boucles d’oreilles en perles et diamants, une broche en diamants et un collier de perles et de diamants naturels. Une bague à monogramme sertie de losanges porte une mèche de cheveux de Marie-Antoinette.

***

Sur Internet: http://www.sothebys.com/fr/auctions/2018/royal-jewels-bourbon-parma-family-ge1809.html?localefr

+

Monde

Après Victor Hugo, le Koweït censure le romancier russe Dostoïevski

KOWEÏT - Les autorités du Koweït ont censuré un millier d’ouvrages, dont un classique du grand écrivain russe Fiodor Dostoïevski, lors d’un festival littéraire qui a débuté mercredi dans ce pays du Golfe, selon les organisateurs.

Saad al-Anzi, à la tête du Festival international de littérature du Koweït, a indiqué à l’AFP que le ministère de l’Information avait interdit 948 livres.

Parmi les ouvrages censurés, le roman «Les Frères Karamazov» (1880) de Dostoïevski a pour cadre la Russie du XIXe siècle et questionne la moralité, le libre arbitre et l’existence de Dieu, a-t-il précisé.

Dostoïevski rejoint une liste grandissante d’écrivains censurés dans ce pays arabe du Golfe qui passe pour modéré, mais qui connaît une tendance conservatrice croissante dans la sphère politique et la société.

Ces cinq dernières années, plus de 4.000 livres ont été interdits par le ministère de l’Information, dont le célèbre roman de Victor Hugo «Notre-Dame de Paris» (1831) et «Cent ans de solitude» (1967) du Colombien Gabriel Garcia Marquez, surnommé Gabo par ses admirateurs.

Tous les ouvrages exposés à la 43e édition du festival, qui se poursuit jusqu’au 24 novembre, ont été préalablement examinés par une commission de censure, comme prévu par la législation du pays.

Cette commission, qui relève du ministère de l’Information, travaille en vertu de la loi de 2006 sur «la presse et les publications» qui prévoit des sanctions à l’encontre des éditeurs de littérature et de presse.

Cette loi réprime toute insulte à l’islam ou à la justice, toute menace à la sécurité nationale, toute «incitation au désordre» et tout acte «immoral».

En septembre, des militants ont protesté à deux reprises dans les rues de la capitale contre cette censure grandissante.

Le Koweït avait été dans les années 1970-1990 un centre actif pour l’édition avec la publication de la revue culturelle «Al-Arabi» diffusée à grande échelle dans les pays arabes et des séries de livres de vulgarisation scientifique, littéraire et autres.

Mais ces dernières années, la Chambre des députés koweïtiens, élue au suffrage universel - ce qui est une exception dans les pays arabes du Golfe -, a été généralement dominée par des élus conservateurs ou tribaux.

Monde

Au procès d'El Chapo, la défense le présente comme un «bouc émissaire»

NEW YORK — Joaquin «El Chapo» Guzman est un «bouc émissaire» du gouvernement mexicain, lequel a touché des millions de dollars de pots-de-vin de son cartel : c'est ce qu'a affirmé sa défense au premier jour de son procès à New York, tandis que l'accusation le dépeignait comme un vrai chef de gang.

«La vérité, c'est qu'il ne contrôlait rien», a affirmé Jeffrey Lichtman, avocat de M. Guzman, qui encourt la prison à perpétuité au terme de ce procès qui devrait durer plus de quatre mois au tribunal fédéral de Brooklyn.