Washington veut contrôler un peu plus le géant chinois des télécoms Huawei

WASHINGTON — Les États-Unis ont annoncé vendredi de nouvelles mesures pour contrôler un peu plus le géant chinois des télécommunications Huawei, que l’administration Trump perçoit comme une menace pour la sécurité nationale au service des autorités chinoises.

Le ministère américain du Commerce a annoncé très tôt vendredi une série de mesures pour brider la capacité du groupe chinois à développer des semi-conducteurs à l’étranger grâce à de la technologie américaine.

«Cette annonce bloque les efforts de Huawei pour contourner les contrôles à l’exportation», affirme le ministère dans un communiqué.

Ces nouvelles mesures devraient encore tendre des relations déjà mises à mal par la pandémie de Covid-19, qui a démarré en Chine, ce que Donald Trump a encore reproché vendredi à Pékin.

La veille il avait menacé de rompre toute relation avec le géant asiatique et assuré qu’il ne souhaitait plus parler «pour le moment» à son président.

Le ministère annonce avoir «ciblé stratégiquement et très précisément les achats de semi-conducteurs par Huawei, qui sont directement issus» du savoir-faire américain.

Les autorités américaines font tout pour limiter la présence aux Etats-Unis du géant chinois de la télécommunication, qu’elles accusent de travailler avec les autorités chinoises et donc de présenter un fort risque d’espionnage.

Des accusations démenties à plusieurs reprises et au plus haut niveau de l’entreprise chinoise.

Un responsable du département d’Etat américain souhaitant conserver l’anonymat a expliqué qu’il ne s’agissait pas forcément d’empêcher Huawei d’avoir accès à ces produits, mais de le forcer à demander une licence. «Il ne faut pas conclure trop vite de ce que sera l’impact», a-t-il dit.


5G, attention danger!

Outre les mesures d’interdiction d’utilisation de certains matériels sur le territoire américain, la diplomatie américaine se dépense sans compter pour convaincre les plus proches alliés de Washington de faire de même, notamment en bannissant Huawei de l’accès au marché des équipement pour la 5G, la nouvelle norme de la téléphonie mobile qui doit démultiplier vitesse et capacité de transmission.

Mais cette campagne menée tambour battant a un succès mitigé et Londres et l’Union européenne autorisent l’utilisation de certains composants Huawei dans la future infrastructure 5G.

En annonçant les nouvelles restrictions vendredi, les autorités américaines ont affirmé s’être rendu compte que Huawei avait réussi à contourner les restrictions imposées depuis 2019. Huawei et 114 filiales avaient alors été placées sur une liste noire, qui obligeait les entreprises à obtenir une licence pour pouvoir exporter des produits américains.

«Toutefois, Huawei a continué à utiliser les programmes informatiques et de la technologie américaine pour développer des semi-conducteurs, minant par la même la sécurité nationale et l’objectif diplomatique de la liste en commandant sa production à l’étranger dans des fonderies utilisant des équipements américains», accuse le ministère au Commerce.

«Ce n’est pas comme cela que doit se comporter une entreprise citoyenne mondiale qui se veut responsable», a dénoncé le secrétaire américain au Commerce Wilbur Ross.

Le gouvernement américain accorde toutefois un délai de 120 jours, à partir de ce vendredi, avant l’application de ces nouvelles restrictions.

Les entreprises étrangères utilisant de la technologie américaine pour fabriquer des semi-conducteurs pour Huawei ou ses filiales pourront encore livrer les semi-conducteurs déjà produits à la date de vendredi pendant une période de 120 jours.


Taïwan

Cette décision pourrait poser de sérieux problèmes aux grands groupes taïwanais de fabrication de semi-conducteurs qui fournissent Huawei.

Coïncidence de calendrier ou non, Mike Pompeo, le chef de la diplomatie américaine, a salué dans la nuit un investissement de 12 milliards de dollars en Arizona par le géant taïwanais des puces électroniques TSMC, grand fournisseur d’Apple.

M. Pompeo a placé cet investissement sur le plan stratégique et en a profité pour indirectement critiquer le régime chinois.

«L’annonce de TSMC arrive à un moment critique, où la Chine essaye de dominer les hautes technologies et de contrôler des secteur cruciaux», écrit M. Pompeo dans un courriel diffusé après minuit.

«Cet accord historique renforce également notre relation avec Taïwan, une démocratie vivante et une force pour le bien dans le monde», souligne M. Pompeo.

Patrick Moorhead, un analyste de Moor Insights & Strategy estime que les annonces de vendredi et l’installation dans l’Arizona font partie d’une seule et même stratégie: couper l’accès de Pékin à des technologies américaines.

«Avec TSMC, la crainte (des autorités américaines) est que la Chine puisse pénétrer physiquement ou électroniquement TSMC à Taïwan», affirme M. Moore.