Pete Buttigieg n'a jamais caché son homosexualité depuis le début de la campagne.
Pete Buttigieg n'a jamais caché son homosexualité depuis le début de la campagne.

Une électrice de Buttigieg veut changer son vote en raison de son homosexualité

AFP
Agence France-Presse
DES MOINES — «Il a un partenaire du même sexe?» : une électrice de l'Iowa a demandé à changer son vote en faveur de Pete Buttigieg après avoir appris que le candidat démocrate était homosexuel, dans un échange courtois mais tendu diffusé mardi sur Twitter.

Selon les médias américains, la scène s'est passée lundi soir à Cresco, une commune rurale du nord de cet État du Midwest qui a lancé la saison des primaires.

La séquence, d'un peu plus de deux minutes, a été partagée mardi par une responsable locale du parti démocrate, Laura Hubka.

«Vous me dites qu'il a un partenaire du même sexe? Pete?» demande l'électrice au début de cet échange avec une représentante du candidat.

«Oui, il est marié», lui répond la jeune femme.

«Alors je ne veux personne comme ça à la Maison-Blanche», lance la dame, en demandant qu'on lui rende son bulletin.

Manifestement gênée, la représentante de la campagne de Buttigieg souligne que l'ex-maire de South Bend (Indiana) «est un être humain, comme vous et moi, et cela ne devrait pas être important».

«Comment ça se fait qu'on n'ait rien dit avant», demande l'électrice qui assure «n'avoir jamais su» l'orientation sexuelle du candidat modéré, qui pourtant n'a jamais caché son homosexualité depuis le début de la campagne.

S'ensuit une conversation tendue sur la Bible.

«Pourquoi est-il dit dans la Bible qu'un homme devrait épouser une femme», résume l'électrice, qui porte un autocollant de soutien à Amy Klobuchar, une autre candidate modérée.

«Je respecte totalement votre point de vue», assure en souriant la représentante. «Je crois qu'on a des différences d'interprétation», dit-elle en gardant son calme quand l'électrice l'accuse de ne pas être croyante.

On ignore si l'électrice a finalement repris son bulletin.

Dans un discours au cours duquel il a célébré «sa victoire stupéfiante» dans l'Iowa, État où il est arrivé en tête de la primaire démocrate selon les résultats partiels publiés mardi, l'ancien maire de 38 ans a semblé faire référence à son orientation sexuelle et à son histoire personnelle.

Ce résultat «prouve que, pour un enfant quelque part qui se demande s'il ou elle ou“'iel” a bien sa place parmi sa propre famille, si vous croyez en vous-même ou en votre pays, alors votre conviction s'en trouvera renforcée», a-t-il déclaré, utilisant en anglais le pronom neutre “they”, qui peut se traduire en français par “iel”, contraction de “il” et “elle”.