Le 116e Congrès américain fait sa rentrée, jeudi, avec le contingent de législateurs le plus diversifié de son histoire.

Un nouveau Congrès, plus diversifié et sans doute plus divisé, fait sa rentrée

WASHINGTON — Le 116e Congrès américain fait sa rentrée, jeudi, avec le contingent de législateurs le plus diversifié de son histoire.

La Chambre des représentants devrait reconduire à la présidence de la majorité la première femme à occuper ces fonctions, les démocrates reprenant le contrôle avec bon nombre de nouveaux visages. Ceux-ci sont prêts à affronter le président Donald Trump dans une nouvelle ère de divisions, les républicains ayant encore la majorité au Sénat.

C’est également le premier nouveau Congrès à se réunir en pleine paralysie partielle des activités du gouvernement, qui en est maintenant à sa 13e journée en raison des demandes de financement de Donald Trump pour un mur à la frontière avec le Mexique.

Nancy Pelosi, la leader démocrate, s’est engagée à faire en sorte que le Congrès fonctionne pour tous les Américains. Mais son parti est également prêt à défier M. Trump avec des enquêtes qui menaceraient l’ordre du jour de la Maison-Blanche.

Le 116e Congrès ne ressemble à aucun autre. Il compte plus de femmes que jamais ainsi qu’une nouvelle génération de musulmans, de Latino-Américains et d’Afro-Américains à la Chambre des représentants, créant ce que les universitaires considèrent comme une démocratie plus représentative de la population des États-Unis. La partie républicaine à la Chambre est toujours composée principalement d’hommes blancs et, au Sénat, les républicains ont renforcé leurs rangs au sein de la majorité.