Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un « a reçu une lettre personnelle et un cadeau » de M. Maduro qui ont été remis par M. Cabello, a indiqué l’agence.

Un haut responsable vénézuélien en visite à Pyongyang

SÉOUL — Diosdado Cabello, bras droit du président vénézuélien Nicolas Maduro, se trouve en Corée du Nord à la tête d’une délégation de haut niveau, a annoncé jeudi l’agence de presse officielle nord-coréenne KCNA.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un « a reçu une lettre personnelle et un cadeau » de M. Maduro qui ont été remis par M. Cabello, a indiqué l’agence.

Cette remise a eu lieu mercredi lors d’une rencontre du responsable vénézuélien avec Choe Ryong Hae, chef du Parlement nord-coréen et un des plus proches collaborateurs de M. Kim, a précisé KCNA.  

Président de l’Assemblée constituante vénézuélienne, qui s’est attribué les pouvoirs du Parlement, Diosdado Cabello est considéré comme le numéro deux du pouvoir chaviste.

« La volonté de faire des efforts pour élargir et développer l’amitié bilatérale dans tous les domaines a été exprimée au cours des entretiens, qui se sont déroulés dans une atmosphère amicale », a rapporté l’agence nord-coréenne.

KCNA a ajouté que la délégation vénézuélienne avait aussi rencontré Ri Su Yong, vice-président du parti au pouvoir en Corée du Nord.

La visite de M. Cabello intervient alors que les États-Unis ont encore renforcé mardi leurs sanctions contre le Venezuela, qui se sont développées au cours des derniers mois avec notamment des mesures contre la compagnie pétrolière nationale PDVSA, principale source de revenus du pays.

Les États-Unis, qui veulent la chute de M. Maduro, ont été les premiers à reconnaître l’opposant Juan Guaidó, chef du Parlement, lorsqu’il s’est proclamé président par intérim du Venezuela en janvier dernier. Ils ont été suivis par une cinquantaine de pays.

Le président Donald Trump a réitéré mercredi l’hostilité de Washington à M. Maduro et son soutien à M. Guaidó. « Nous allons continuer à soutenir le peuple vénézuélien jusqu’à ce qu’il soit libéré de cette terrible oppression », a-t-il déclaré.

Des mois de pressions économiques et diplomatiques n’ont pas entraîné la chute du pouvoir chaviste, qui est toujours soutenu par des pays comme la Chine et la Russie.

Le président Maduro se trouvait mercredi à Moscou, où le président Vladimir Poutine lui a réitéré le soutien de la Russie et l’a encouragé à dialoguer avec l’opposition vénézuélienne.

« La Russie soutient tous les organes légitimes du pouvoir au Venezuela, le président et le parlement, ainsi que le dialogue que vous, monsieur le président, et votre gouvernement menez avec l’opposition », a déclaré M. Poutine à M. Maduro lors d’une rencontre officielle au Kremlin.