À la veille du premier vote des primaires démocrates, dans l’Iowa, Donald Trump a passé dimanche en revue ses possibles adversaires à la présidentielle du 3 novembre.
À la veille du premier vote des primaires démocrates, dans l’Iowa, Donald Trump a passé dimanche en revue ses possibles adversaires à la présidentielle du 3 novembre.

Trump ironise sur Bernie le «communiste» et «Joe l’endormi»

AFP
Agence France-Presse
PALM BEACH — «J’ai des petits surnoms pour chacun d’entre eux.»

À la veille du premier vote des primaires démocrates, dans l’Iowa, Donald Trump a passé dimanche en revue ses possibles adversaires à la présidentielle du 3 novembre.

Bernie Sanders, l’un des favoris dans l’Iowa? 

«Je pense que c’est un communiste. Je pense au communisme quand je pense à Bernie», a répondu le président américain sur la chaîne de télévision Fox News.

«Je le vois comme un socialiste, mais bien au-delà d’un socialiste», a-t-il ajouté.

«Au moins, il est fidèle à ce qu’il croit», a-t-il ajouté, avant de décocher une flèche à la sénatrice Elizabeth Warren «qui ne sait pas dire la vérité».

«Je l’appelle Bernie-le-dingue», a poursuivi Donald Trump, affirmant une nouvelle fois que ses adversaires démocrates étaient «en train de truquer l’élection contre lui».

L’ancien vice-président Joe Biden? «Je pense juste qu’il est assoupi. Je le regarde, il est assoupi. Joe l’endormi.»

Le milliardaire Michael Bloomberg? «Très petit», a répondu le locataire de la Maison-Blanche, assurant que ce dernier avait réclamé «une boîte» sur laquelle se tenir debout pendant les débats.

«Ce n’est pas un problème d’être petit [...] Mais il veut une boîte pour les débats, pourquoi aurait-il droit à cela?», a-t-il poursuivi, sans autres explications. 

L’équipe de l’ancien maire de New York a vivement réagi face à cette sortie. «Le président ment», a ainsi rétorqué Julie Wood, la porte-parole de sa campagne. «C’est un menteur invétéré qui ment sur tout : ses faux cheveux, son obésité et son bronzage artificiel.»