Un hélicoptère HH-60 Pave Hawk utilisé par l'armée américaine

Sept soldats américains tués dans l’écrasement de leur hélicoptère en Irak

WASHINGTON — Sept soldats américains ont péri jeudi dans un accident d’hélicoptère dans l’ouest de l’Irak, à proximité de la frontière avec la Syrie, a annoncé vendredi le Pentagone.

«Toutes les personnes à bord ont été tuées dans l’écrasement [...] qui ne semble pas être le résultat d’une activité ennemie», a indiqué le commandant américain des opérations de la coalition internationale en Irak, le général Jonathan Braga, dans un communiqué.

Selon un responsable de la Défense américaine, «il y avait sept personnes à bord» et ils étaient tous Américains. «Il s’agissait d’un transport de troupes ordinaire de l’Irak vers la Syrie», a expliqué ce responsable.

L’hélicoptère, un HH-60 Pave Hawk, s’est écrasé vers 18h45 GMT, précise le communiqué, indiquant qu’une enquête est en cours.

L’écrasement s’est produit à proximité de la ville irakienne d’Al-Qaïm, à proximité de la frontière avec la Syrie.

«Cette tragédie nous rappelle les risques que nos hommes et femmes prennent chaque jour pour défendre notre pays», a précisé le général Braga. «Nous pensons à leurs proches aujourd’hui».

Il n’a pas précisé la cause de l’accident, qui selon certains médias américains se serait produit lorsque l’hélicoptère a heurté des lignes électriques.

Un deuxième hélicoptère qui volait à proximité a immédiatement donné l’alerte et des équipes de soldats irakiens et de la coalition sont rapidement arrivées sur les lieux, a-t-il indiqué.

L’armée américaine utilise en Irak des hélicoptères et des avions contre le groupe État islamique (EI), qui a conquis de larges pans du territoire au nord et à l’ouest de Bagdad en 2014 avant d’être défait militairement l’an dernier.

L’aviation américaine a commencé ses frappes contre l’EI en août 2014 en Irak avant de les étendre à la Syrie voisine, lors d’une campagne où elle a fourni de l’armement et de l’entraînement aux forces combattant l’EI.

Bagdad a proclamé l’an dernier sa victoire contre le groupe jihadiste, mais l’EI est toujours à même de mener des attaques dans le nord du pays.