Dans cette illustration, Joaquín «El Chapo» Guzmán, au centre, est campé de son avocat de la défense, Eduardo Balarezo, à gauche.

Procès d'El Chapo: l'ancien chef de la sécurité mexicaine était corrompu

NEW YORK — L'ancien chef de la sécurité mexicaine et un autre responsable des forces de l'ordre qui travaillait autrefois pour le président élu ont accepté des millions de dollars en pots-de-vin du cartel de la drogue Sinaloa au milieu des années 2000, a déclaré mardi un témoin lors du procès de Joaquín «El Chapo» Guzmán.

L'ancien membre du cartel, Jesus Zambada, a formulé ces accusations mardi en décrivant ce qu'il a présenté comme une corruption généralisée parmi les autorités qui étaient payées pour fermer les yeux sur le violent et lucratif commerce de la drogue.

Au cours du contre-interrogatoire, M. Zambada a affirmé avoir personnellement versé au moins 6 millions $ US à l'ancien chef de la sécurité fédérale, Genaro García Luna, au nom de son frère aîné, le responsable du cartel, Ismael «El Mayo» Zambada. L'argent aurait été remis lors de deux réunions dans un restaurant au Mexique entre le début de 2005 et la fin de 2007, a-t-il déclaré.

Les responsables du cartel avaient convenu de mettre en commun jusqu'à 50 millions $ US pour acheter la protection de M. Garcia Luna, a ajouté Jesus Zambada, interrogé au sujet de déclarations antérieures faites après que les autorités américaines l'eurent convaincu de collaborer.

Pot-de-vin distinct

Le témoin a également affirmé qu'un pot-de-vin distinct de «quelques millions de dollars» a été versé en 2005 à Gabriel Regino, qui travaillait dans l'administration du président élu Andres Manuel Lopez Obrador à l'époque où celui-ci était maire de Mexico.

Dans une lettre publiée dans les médias mexicains, M. García réplique «qu'il est faux, diffamatoire et parjure de dire que j'ai déjà reçu des biens matériels de quelque personne que ce soit, agent de police ou groupe criminel».

M. Regino, aujourd'hui avocat et professeur de droit, a écrit sur Twitter: «Je nie catégoriquement ces accusations».

Les jurés du tribunal fédéral à Brooklyn ont également entendu mardi des agents américains décrire comment ils avaient intercepté de la cocaïne cachée dans des conserves de piments jalapeño et plus d'un million de dollars en revenus de drogue dissimulés dans les panneaux d'un Ford Bronco utilisé par le frère de M. Guzmán.

Le procès est terminé pour cette semaine et doit reprendre lundi.

M. Guzmán, peut-être mieux connu pour s'être évadé des prisons mexicaines, a plaidé non coupable à des accusations de trafic de drogue. S'il est reconnu coupable, il risque la prison à vie.

Affirmant que leur client était soit en prison, soit en fuite lorsque les procureurs alléguent qu'il supervisait un cartel qui aurait envoyé des tonnes de cocaïne aux États-Unis, ses avocats ont tenté de présenter Ismael Zambada comme son véritable patron. L'aîné des frères Zambada reste en fuite au Mexique, affirment-ils, à cause de pots-de-vin qui «montent au sommet», notamment des centaines de millions de dollars versés aux présidents actuel et ancien du Mexique.

Le juge Brian Cogan a réprimandé la défense pour cette affirmation, rappelant qu'il n'y avait aucune preuve à cet effet. Il a également rejeté les efforts de la défense pour interroger M. Zambada à ce sujet.

M. Garcia Luna était autrefois perçu comme un puissant allié de la lutte américaine pour empêcher les cartels mexicains d'inonder le marché américain de cocaïne et d'autres drogues illicites. Mais il avait également déjà été soupçonné de corruption.