Une quatrième explosion en un mois a blessé deux hommes blancs de 22 et 23 ans à Austin, au Texas.

«Poseur de bombes en série» recherché au Texas

AUSTIN — La police texane était à la recherche lundi d’un «poseur de bombes en série» au lendemain d’une quatrième explosion à Austin en un mois, même si un dispositif de déclenchement différent laisse imaginer un «niveau de sophistication plus élevé» que précédemment imaginé.

Les blessés sont «deux hommes de 22 et 23 ans, deux hommes anglo-saxons», a déclaré lundi Brian Manley, le chef de la police d’Austin, au cours d’une conférence de presse, précisant qu’ils étaient à l’hôpital, avec des «blessures importantes», mais «en état stable».

Cette nouvelle explosion survenue dimanche soir dans la capitale texane est liée aux trois précédentes attaques qui avaient fait deux morts et deux blessés selon la police.

«Nous avons clairement affaire à ce que nous pensons être un poseur de bombes en série», a estimé Brian Manley.

En revanche, M. Manley a précisé que ses équipes n’avaient pas encore été en mesure de déterminer les raisons derrière cette série d’explosions qui secouent cette ville de près d’un million d’habitants.

Les enquêteurs avaient évoqué jusqu’ici la piste de crimes racistes pour les trois premières explosions, toutes les victimes étant noires ou hispaniques. Mais cette quatrième explosion, qui a blessé deux hommes blancs, apparaît «aléatoire», selon le responsable policier.

«Est-ce du terrorisme? Est-ce lié à [un crime] raciste?» a interrogé M. Manley. «Comme nous le disons depuis le tout début, nous ne sommes pas enclins à classifier ça comme du terrorisme, comme [un crime] raciste, car nous n’en savons pas suffisamment.»

Si les autorités évoquent des «similitudes» entre les trois explosions précédentes et celle de dimanche, plusieurs différences ont été remarquées dans leur modus operandi.

Changement de méthode

Le dernier dispositif de déclenchement de l’explosion est ainsi «un peu plus sophistiqué» que les précédents, a estimé Fred Malinowski, agent du Bureau of Alcohol Tobacco and Firearms (ATF).

Les deux jeunes hommes sembleraient avoir provoqué l’explosion en marchant sur un fil déclencheur installé au bord de la route dimanche soir dans cette ville universitaire du sud du pays.

Lors des trois précédentes attaques, les colis avaient été déposés devant les habitations des victimes.

«Le ou les suspects auxquels nous avons affaire ont un niveau de sophistication peut-être plus élevé que nous ne le pensions au départ, au regard de ce changement de méthodes vers un dispositif plus élaboré», a expliqué le chef de police.

L’agent du FBI responsable des enquêtes, Christopher Combs, est allé dans le même sens : «C’est plus sophistiqué, cela ne vise pas les individus.»

Et M. Combs d’alarmer sur ce changement : «Nous sommes inquiets qu’avec ces fils déclencheurs, un enfant pourrait marcher sur un trottoir et toucher quelque chose.»

Les autorités n’ont pour l’instant pas identifié de suspect, rappelant la récompense à hauteur de 115 000 $ pour toute information l’aidant dans ce but.

Elles appellent aussi la population locale à l’aide. «Si vous avez de la vidéosurveillance sur votre maison [...] nous voulons obtenir votre enregistrement vidéo», a demandé M. Manley.