La Belgique va abattre dans les jours à venir 4000 porcs pour éviter une contamination des élevages par la peste porcine africaine.

Peste porcine: abattages préventifs en Belgique

LICHTENEGG — La Belgique, premier pays d’Europe occidentale touché par la peste porcine africaine, va abattre dans les jours à venir 4000 porcs pour éviter une contamination des élevages par ce virus identifié sur des sangliers, une décision saluée lundi par la Commission européenne à Bruxelles.

L’ampleur de cet abattage préventif a été confirmée par le ministre belge Denis Ducarme, à l’occasion d’une réunion des ministres de l’Agriculture de l’UE qui se tient lundi et mardi en Autriche. «Nous voulons en Belgique mettre tout en œuvre pour que la filière porc ne soit pas touchée», a affirmé lundi M. Ducarme.

«J’ai donc demandé à mon agence de sécurité alimentaire de prendre des dispositions qui visent à l’abattage de l’ensemble des porcs domestiques situés dans la zone affectée», a-t-il ajouté, en soulignant que cela concernait «4000 porcs» sur un cheptel de six millions de têtes en Belgique.

De Bruxelles, la Commission européenne avait salué un peu plus tôt cette décision annoncée dimanche par le cabinet du ministre, 10 jours après l’identification du virus dans ce pays.

La lutte contre ce virus — qui affecte porcs et sangliers et pour lequel il n’existe ni traitement ni vaccin — est «une priorité», car «c’est une menace pour l’économie de l’UE», a exprimé une porte-parole du conseil exécutif, Anca Paduraru, chiffrant à «une dizaine» le nombre de pays membres touchés.

Jusque-là présent en Chine, en Russie et dans plusieurs pays d’Europe de l’Est, le virus de la peste porcine africaine a été identifié le 13 septembre en Belgique sur des cadavres de sangliers à Etalle (sud), non loin des frontières française et luxembourgeoise. À ce jour, neuf sangliers ont été retrouvés porteurs du virus.

Si aucun cas de porc malade n’a encore été recensé, les autorités belges s’inquiètent d’une possible contamination des élevages porcins, dans une filière qui représente 15 000 emplois directs en Belgique.

Les euthanasies préventives concernent les exploitations situées dans un périmètre de 630 km2 dont les autorités ont décidé de limiter très strictement l’accès dans le sud du pays.