La première dame Melania Trump a présenté lundi, dans les jardins de la Maison-Blanche, son programme centré sur les enfants.

Melania Trump dans la lumière, quelques instants seulement

WASHINGTON — L’énigmatique et très discrète Melania Trump est sortie de sa réserve lundi, dans les jardins de la Maison-Blanche, pour prendre ses marques dans son rôle de première dame et présenter un programme centré sur les enfants.

Comme Laura Bush (lutte contre l’illettrisme) ou Michelle Obama (lutte contre l’obésité) avant elle, la femme de Donald Trump a tenu à placer son passage à la Maison-Blanche sous le signe d’une cause. Avec un slogan, simple : Be best («Soyez meilleurs»).

Lors d’une cérémonie soigneusement chorégraphiée, l’ancienne mannequin slovène a multiplié les mises en garde contre l’utilisation «trop souvent» négative des réseaux sociaux.

«C’est notre responsabilité d’adultes de rappeler aux enfants que, de vive voix ou en ligne, ils doivent choisir leurs mots avec soin et parler avec respect et compassion», a-t-elle lancé.

Assis au premier rang, devant plusieurs dizaines d’enfants invités pour l’occasion, figurait son mari Donald Trump, connu pour son goût prononcé pour la moquerie — voire l’insulte — sur Twitter.

«En tant que mère et première dame, je m’inquiète du fait que, dans un monde connecté en permanence où tout va très vite, les enfants peuvent être moins préparés pour exprimer ou gérer leurs émotions et se tournent souvent vers des comportements dépendants ou destructeurs», a-t-elle expliqué.

Cote de popularité en hausse

Plutôt à l’aise au podium, elle lit son texte sur les trois téléprompteurs placés dans la Rose Garden, sans signe de complicité visible avec le 45e président des États-Unis. Elle termine en remerciant «le président, le vice-président et les membres de l’administration» présents.

La scène renforce encore l’impression d’une première dame qui s’installe dans son rôle en parallèle à celui de son mari, avec lequel les interactions en public sont très limitées.

La troisième femme de Donald Trump est jusqu’ici toujours restée silencieuse sur les rumeurs de tensions au sein du couple présidentiel ou les témoignages — dont celui de l’actrice porno Stormy Daniels — sur les infidélités présumées de son mari.

Sa cote de popularité ne cesse de grimper depuis l’arrivée du magnat de l’immobilier au pouvoir il y a 15 mois.

Selon un sondage CNN/SSRS publié lundi, 57 % des Américains ont un opinion positive d’elle, un chiffre en nette hausse par rapport à janvier (47 %).

Fait notable dans un pays très polarisé politiquement : elle enregistre un bond de 15 % parmi l’électorat démocrate (au sein duquel les opinions négatives et positives s’équilibrent désormais).

Ces chiffres sont cependant moins élevés que ceux dont bénéficiait Michelle Obama au même moment de la présidence de Barack Obama.

La cérémonie terminée et après une brève embrassade, Donald Trump est passé derrière le micro pour louer «un magnifique discours» et souligner combien, «partout où elle est allée, les Américains ont été touchés par sa sincérité».

«C’est une femme qui a beaucoup de caractère, mais qui s’applique à le cacher», affirmait récemment Brigitte Macron, de retour de trois jours à Washington pour la visite d’État du président français.

En présentant Be best, Melania Trump a épousé plus clairement le rôle traditionnel de première dame qu’elle a parfois semblé aborder avec réticence. Mais elle s’est très peu dévoilée pour autant.