Le prince Harry et sa fiancée, Meghan Markle, se sont prêtés à une séance de photo lundi à Kensington Palace à Londres.

Mariage pour le prince Harry et Meghan Markle

LONDRES - Le prince Harry et l’actrice américaine Meghan Markle se sont fiancés et se marieront au printemps 2018, a annoncé lundi Clarence House, la résidence officielle du prince Charles, père du futur époux.

«Son Altesse royale et Mlle Markle se sont fiancés à Londres plus tôt ce mois-ci. Le Prince Harry en a informé Sa Majesté la reine et d’autres membres proches de sa famille», indique un communiqué publié par Clarence House.

La reine Elizabeth II a réagi en se disant «enchantée» par la nouvelle, selon un communiqué du palais de Buckingham. Les parents de Meghan Markle, Thomas Markle et Doria Ragland, se sont de leur côté dit «incroyablement heureux» pour le couple.

Le couple s’installera à Kensington Palace, où vivent William et Kate et leurs deux enfants.

La rumeur d’une annonce de leur mariage avaient enflé ces derniers jours à Londres. Fin septembre, Harry, 33 ans, et Meghan Markle, 36 ans, avaient affiché librement leur amour pour la première fois en public à Toronto, arrivant main dans la main à un match de tennis aux Invictus Games.

«Nous sommes un couple. Nous sommes amoureux. (...) Nous sommes heureux. Personnellement, j’adore les grandes histoires d’amour», avait déclaré un peu plus tôt au magazine Vanity Fair l’Américaine de 36 ans, métisse, qui s’est fait connaître dans la série américaine Suits.

Né le 15 septembre 1984 à Londres, Harry, fils cadet de Lady Di et du Prince Charles, est cinquième dans l’ordre de succession au trône britannique.

+

Le 27 septembre, le prince Harry et Meghan Markle avaient affiché librement leur amour pour la première fois en public à Toronto, arrivant main dans la main à un match de tennis aux Invictus Games.

+

+

QUI EST MEGHAN MARKLE ? 

Bien connue dans le monde du divertissement et femme qui n’hésite pas à parler de son passé ou de ses passions, l’actrice américaine Meghan Markle tranchera avec le reste de la royauté britannique quand elle épousera le prince Harry au printemps.

D’une certaine manière, Mme Markle - une métisse divorcée qui a grandi en Californie - est une addition étonnante à la monarchie anglaise. Mais la royauté a évolué au fil du temps, et l’histoire d’amour entre le prince Harry et Mme Markle projette une image fraîche et moderne.

+

Meghan Markle, en octobre 2014, à New York

+

Mme Markle est surtout connue pour son rôle dans la série télévisée américaine «Suits». Elle en a étonné plus d’un quand elle a librement partagé ses sentiments envers Harry en septembre, dans les pages du magazine Vanity Fair. Questionnée au sujet de la frénésie médiatique qui entourait le couple, la femme de 36 ans a dit: «En bout de compte c’est très simple (...) Nous sommes deux personnes très heureuses et très en amour».

Décrivant Harry comme étant son «petit ami», Mme Markle a ajouté qu’elle savait que le prince et elle devraient éventuellement afficher leur relation publiquement, mais qu’ils n’étaient qu’un couple qui appréciait chacun la compagnie de l’autre. «Personnellement, j’aime une belle histoire d’amour», a-t-elle dit.

Il est inhabituel pour la petite amie d’un membre de la famille royale de s’exprimer aussi publiquement - et candidement - avant les fiançailles. Plusieurs anciennes copies de Harry ont apparemment été échaudées par l’intensité médiatique, et la future belle-soeur de Mme Markle, Kate Middleton, a gardé le silence jusqu’à ce que le prince William et elle accordent une entrevue au palais de Buckingham - après leurs fiançailles.

Mais Mme Markle n’est pas comme les autres «gens du peuple» qui ont entretenu des liens romantiques avec un membre de la famille royale: elle est familière avec les médias et le monde du spectacle. En plus de «Suits», elle a été vue dans des séries comme «Fringe», «CSI: Miami», «Knight Rider» et «Castle».

Elle a aussi fondé le blogue TheTig.com - qui est disparu en avril sans explication - et elle a profité de sa célébrité pour appuyer différentes causes humanitaires.

Elle a fait campagne avec l’ONU pour l’égalité des sexes, elle s’est rendue au Rwanda comme ambassadrice mondiale du groupe Vision mondiale Canada, et elle a écrit dans les pages du magazine Time concernant l’éducation des filles et la honte qui entoure les menstruations. Elle a révélé que sa mère l’a amenée visiter les bidonvilles de la Jamaïque pour voir ce qu’est la pauvreté, expliquant que de telles expériences ont eu un impact sur son implication sociale et humanitaire.

La relation entre le prince Harry et Meghan Markle a été étalée au grand jour pour la première fois en septembre à Toronto, aux Jeux Invictus, quand ils se sont tenus par la main. Quelques jours plus tard Harry a été photographié l’embrassant sur la joue lors des cérémonies de clôture.

Mme Markle a dit avoir été présentée à Harry par des amis communs à Londres en juillet 2016. Si leur relation a été discrète au début, l’attention médiatique est ensuite devenue si intense que Harry a ressenti le besoin de confirmer qu’ils formaient un couple - ce qui lui a permis du fait même de demander aux journalistes de bien vouloir respecter la vie privée de sa petite amie. Il a condamné «le sexisme évident et le racisme» de certains commentaires en ligne, et dit que des articles ayant une «connotation raciste» sont allés trop loin.

«Origine ethnique ambiguë»

Certains tabloïds n’ont pas hésité à rappeler que la mère de Mme Markle est Noire et son père Blanc. Dans une entrevue accordée en mars, la jeune femme a dit que l’étude des questions raciales à l’université lui a donné «une première occasion de nommer ce sentiment d’être trop pâle dans la communauté noire et trop métisse dans la communauté blanche. Lors de la distribution des rôles, on me décrivait comme étant d’une "origine ethnique ambiguë’"»

Le fait qu’elle soit une métisse ne semble de toute manière intéresser personne au Royaume-Uni, où sa bague de fiançailles et le site du mariage au printemps ont retenu beaucoup plus d’attention.

«C’est (son origine ethnique) l’aspect le moins intéressant de la nouvelle d’aujourd’hui, a dit l’ancien ministre des Affaires étrangères Malcolm Rifkind, qui admet que ça aurait été différent il y a quelques décennies. Ce n’est pas un problème. Il n’y a pas de controverse. Le monde est rendu ailleurs.»

Il a cité en exemple l’élection de Sadiq Khan, un musulman dont les parents étaient arrivés du Pakistan, à la mairie de Londres.

«Dans une cour (royale) qui est encore aussi blanche qu’elle l’était à l’époque de la reine Victoria, peut-être faut-il que le changement commence au sommet», a écrit l’historienne Kate Williams dans The Guardian.

Mme Markle a marié le cinéaste Trevor Engelson en 2011, mais le couple s’est séparé deux ans plus tard.

Lors de son entretien avec Vanity Fair, elle a dit que l’attention de la planète ne changeait rien pour elle.

«Je suis la personne que je suis, et je ne laisse pas mes relations me définir, a-t-elle dit. Les gens qui sont proches de moi me permettent de m’ancrer à mon identité. Le reste, ce n’est que du bruit.»  Avec Associated Press