Pour la première fois en 55 ans, les visiteurs de la Tour de Londres ont été accueillis par des piquets de grève.

Les gardes de la Tour de Londres troquent leur tenue rouge et or contre un gilet jaune

LONDRES — Les gardes de la Tour de Londres ont troqué vendredi leur traditionnel uniforme rouge et or contre des gilets jaunes, en signe de protestation contre l'introduction d'un système de retraite moins favorable.

Pour la première fois en 55 ans, les visiteurs de la Tour de Londres ont été accueillis par des piquets de grève.

Les employés de l'organisme chargé de l'entretien des Palais royaux (HRP), dont les mythiques Beefeaters (les gardiens de la Tour de Londres), ou encore les gardes du Palais de Kensinghton, ont en effet pris la décision exceptionnelle de faire grève, revêtus des gilets de sécurité arborés de l'autre côté de la Manche par le mouvement des «gilets jaunes».

C'est la décision de HRP de remplacer leur actuel système de retraite par un nouveau qui prévoit notamment des cotisations plus importantes de leurs employés, dans un pays où le système de retraite est par capitalisation, qui a mis le feu aux poudres.

«Les plus jeunes employés perdront beaucoup d'argent avec le nouveau plan de retraite», a expliqué Theresa, une des employés de HRP, proche de la retraite.

C'est d'autant plus difficile à avaler que les salaires de ces employés, qui se disent dévoués à leur tâche et contribuent à l'image de la royauté britannique, sont loin d'être «merveilleux», dit cette femme qui refuse de donner son nom de famille.

«Si nous avons accepté de travailler si longtemps [pour ces salaires], c'est parce que le plan de retraite était bon», ajoute-t-elle.

Mangeurs de boeuf

HRP a affirmé avoir déjà «offert une importante compensation et pris des dispositions de transition pour les 11 % des employés concernés». Mais cela reste insuffisant aux yeux des grévistes.

Bien déterminés à se faire entendre, ils se sont rassemblés au pied de la Tour de Londres, brandissant des pancartes où l'on pouvait lire «Palais historiques, défendons nos pensions».

«Bien que nous respections pleinement le droit de mener des actions syndicales, cette grève nous déçoit et cela ne changera pas notre décision», a déclaré le directeur général de HRP, John Barnes, qui a souligné que les palais restaient ouverts au public pendant la grève.

Chris Baugh, secrétaire général adjoint du syndicat PCS, a dénoncé «l'injustice» de HRP.

Les Beefeaters, au service de la couronne depuis le XVe siècle et surnommés ainsi à cause de la ration de viande de boeuf qu'ils recevaient chaque jour, sont censés protéger les joyaux de la couronne et servent surtout de guides pour les visiteurs, un rôle important, tout comme celui de leurs collègues des autres palais royaux.

Soutenus par leurs collègues, ils sont bien décidés à continuer leur mouvement de grève après les fêtes, à commencer par le 28 décembre et le 2 janvier.