L'équipe juridique de Michael Cohen a soutenu que sa déclaration était exacte, car Cohen n'avait jamais demandé de grâce au président lui-même.

Les conseillers de Trump auraient évoqué une grâce à Michael Cohen

WASHINGTON — Les conseillers du président Donald Trump ont laissé entrevoir la possibilité qu'il puisse gracier son ancien avocat, Michael Cohen, a annoncé jeudi l'avocat de Cohen, alors que les enquêteurs du Congrès se concentrent sur le pouvoir du président en la matière.

La question des grâces présidentielles est apparue comme une piste d'interrogation clé, alors que les démocrates lancent une série d'enquêtes approfondies sur les relations politiques et personnelles de M. Trump.

Lanny Davis, l'avocat de Cohen, a déclaré jeudi que son client était «ouvert à la possibilité d'une grâce possible évoquée par des représentants de M. Trump en privé et dans les médias» dans les mois qui ont suivi la perquisition du FBI au domicile, au bureau et à la chambre d'hôtel de Cohen en avril 2018.

M. Davis, qui n'était pas l'avocat de Cohen à l'époque, a déclaré que Cohen «avait ordonné à son avocat» d'explorer une possible grâce avec l'avocat de M. Trump, Rudy Giuliani, et d'autres membres de l'équipe juridique de M. Trump. La déclaration semble contredire le témoignage sous serment de Cohen la semaine dernière lors d'une audience du comité de surveillance de la Chambre, selon lequel il n'avait jamais demandé et n'accepterait pas une grâce de la part de M. Trump.

Le commentaire de M. Davis soulève des questions quant à savoir si Cohen - qui doit commencer à purger une peine de trois ans de prison en mai pour des crimes comprenant avoir menti au Congrès - a encore menti au Congrès la semaine dernière.

L'équipe juridique de Cohen a soutenu que sa déclaration était exacte, car Cohen n'avait jamais demandé de grâce au président lui-même.

Selon une personne familière avec l'affaire, deux avocats de l'État de New York qui ont affirmé être en contact avec M. Giuliani ont contacté Cohen après les perquisitions dans son bureau et sa chambre d'hôtel. Les avocats ont déclaré qu'ils pourraient rejoindre son équipe juridique afin d'être des intermédiaires auprès des avocats de M. Trump, a déclaré la personne.

La personne n'était pas autorisée à discuter de l'affaire publiquement et a parlé à The Associated Press sous couvert d'anonymat.

Les avocats n'ont pas explicitement discuté d'une éventuelle grâce, mais les enquêteurs cherchent à savoir s'il s'agissait d'une communication implicite du fait que les chances de grâce de Cohen pourraient être augmentées s'il avait engagé les avocats, a déclaré la personne. Les avocats ont ensuite envoyé à Cohen une facture pour leurs services juridiques, qu'il n'a pas payée, selon la personne.