Le premier ministre Justin Trudeau a annoncé jeudi dans une déclaration que l’ambassadeur canadien à Washington, David MacNaughton, quitterait son poste à la fin de l’été.

L’ambassadeur canadien à Washington quittera bientôt son poste

L’ambassadeur du Canada à Washington quitte son poste.

Le premier ministre Justin Trudeau a annoncé par communiqué jeudi matin que David MacNaughton rentrera au pays à la fin de l’été. Il retournera dans le secteur privé à Toronto, a indiqué M. Trudeau.

«C’est avec beaucoup d’affection et de gratitude, et bien entendu avec grand regret, que j’ai accepté la décision de l’ambassadeur David MacNaughton de quitter Washington D.C. à la fin de l’été», a déclaré le premier ministre.

«David est un grand Canadien. Son honnêteté, son jugement et sa sagesse ont été indispensables aux négociateurs canadiens dans le cadre de la renégociation réussie de l’ALÉNA en 2017 et 2018.»

La ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland a elle aussi tenu à saluer l’homme.

«À une époque où notre pays était confronté à une incertitude économique sans précédent, David nous a guidés à travers ces défis d’une main sûre», a-t-elle écrit.

M. MacNaughton part cependant avant que ce travail ne soit achevé.

Le nouvel accord de libre-échange entre le Canada, les États-Unis et le Mexique, l’ACEUM, doit encore être ratifié par le Parlement canadien et le Congrès américain pour entrer en vigueur.

«J’ai passé énormément de temps avec des républicains, avec des démocrates, avec l’administration. Vous savez tous que de prédire des résultats dans cette ville n’est pas exactement une science, mais je crois que les démocrates aussi bien que les républicains veulent arriver à un “oui” sur l’ACEUM», a assuré l’ambassadeur au cours d’une conférence de presse tenue à Washington après l’annonce de son départ.

Un «moment doux-amer»

M. MacNaughton est l’envoyé du Canada aux États-Unis depuis mars 2016, et il a été un point de contact essentiel entre le Canada, le Congrès et l’administration Trump lors des négociations tendues de l’accord de libre-échange nord-américain.

À titre de représentant du Canada à Washington, il a également travaillé pour le retrait de tarifs punitifs sur l’acier et l’aluminium canadiens imposés par les États-Unis.

Dans une déclaration écrite, jeudi, M. MacNaughton a qualifié sa démission de «moment doux-amer».

«J’avais prévu depuis longtemps terminer mon travail avant les élections de l’automne, en particulier après le congé d’été du Congrès et l’élimination des droits de douane sur l’acier et l’aluminium - ce que j’étais absolument déterminé à accomplir avant de quitter ce poste», a-t-il souligné.

L’approche de la campagne électorale canadienne semble avoir inspiré la décision de celui qui a été le coprésident de la campagne ontarienne du Parti libéral du Canada (PLC) en 2015.

En conférence de presse, il a rappelé son lien personnel avec M. Trudeau ainsi qu’avec Katie Telford, chef de cabinet du premier ministre.

«Je suis disponible pour le premier ministre et pour mes amis et mes collègues à qui je peux donner des conseils quand ils les demandent. Je suis bien préparé à faire cela (...) Je ne me suis jamais gêné d’offrir mes opinions. Alors, si on me les demande, je les offrirai», a dit M. MacNaughton.

En attendant le remplacement de l’ambassadeur, celle qui occupe le poste d’ambassadrice adjointe depuis 2017, Kirsten Hillman, deviendra ambassadrice par intérim du Canada à Washington.