La police arrête ici un manifestant. Dans une vidéo publiée sur Facebook, on pouvait voir un officier tirer sur un protestataire.

La police de Hong Kong filmée en train de tirer sur au moins un manifestant

HONG KONG — La police de Hong Kong a été filmée en train de tirer sur au moins un manifestant et peut-être un deuxième lundi, alors que des citoyens bloquaient les lignes de métro et les routes pendant les trajets du matin.

Dans une vidéo postée sur Facebook par le média Cupid Producer, on aperçoit un officier agripper un manifestant qui s'approche de lui avant de tirer sur un autre manifestant.

On voit également l'officier tirer lorsqu'un troisième manifestant s'approche.

La police a déclaré qu'un seul manifestant avait été atteint par balle et qu'il subissait une opération chirurgicale.

La scène s'est produite sur un passage pour piétons à une intersection parsemée de débris qui étaient utilisés pour bloquer la circulation.

Les manifestants ont bloqué plusieurs intersections dans la ville. Le radiodiffuseur public RTHK a déclaré qu'un incendie s'était déclaré à l'intérieur d'un train à la gare de Kwai Fong et que le service était suspendu dans plusieurs gares.

Dimanche, la police a tiré des gaz lacrymogènes et des manifestants ont brisé les fenêtres d'un centre commercial lors de manifestations antigouvernementales à Hong Kong, alors que la colère d'un militant étudiant et l'arrestation de législateurs prodémocratie.

Les manifestations à Hong Kong ont débuté il y a six mois au sujet d'un projet de loi sur l'extradition et elles se sont élargies pour inclure des revendications visant à renforcer la démocratie et la responsabilité de la police.

Les activistes affirment que l'autonomie de Hong Kong et les libertés civiles à l'occidentale, promises lors du retour de l'ancienne colonie britannique en Chine en 1997, s'érodent.

Le territoire se prépare pour les élections des conseils de districts le 24 novembre qui sont considérées comme une mesure de l'opinion publique à l'égard du gouvernement.

Les législateurs prodémocratie accusent le gouvernement de tenter de provoquer la violence pour justifier l'annulation ou le report des élections.