Le chef de la diplomatie japonaise a salué les progrès réalisés en vue d’améliorer les relations avec Pékin, mais a également appelé la Chine à exercer plus de pression sur la Corée du Nord.

La Chine et le Japon veulent une ligne de communication militaire

La Chine et le Japon prévoient d’ouvrir une ligne de communication militaire pour apaiser les tensions autour des îles disputées en mer de Chine orientale, a déclaré dimanche Pékin, après une rencontre entre les chefs de la diplomatie des deux pays.

Le ministre des Affaires étrangères japonais Taro Kono a rencontré dimanche à Pékin son homologue chinois Wang Yi afin d’améliorer les relations entre les deux pays, notamment grevées par des conflits sur le territoire maritime.

Il s’agit de la première visite d’un ministre des Affaires étrangères japonais depuis près de deux ans.

Les deux pays se sont engagés à signer un accord «le plus vite possible» pour mettre en place une ligne de communication militaire pour prévenir les incidents en mer de Chine orientale, a annoncé le ministère chinois des Affaires étrangères dans un communiqué.

Les relations entre la Chine et le Japon sont «dans une phase cruciale», a déclaré M. Wang, ajoutant toutefois que s’»il y a une évolution positive, de nombreux obstacles demeurent».

Les îlots contrôlés par le Japon sous le nom de Senkaku, et revendiqués par la Chine qui les appelle Diaoyu, sont au coeur d’un différend de longue date entre Tokyo et Pékin.

Les relations bilatérales s’étaient nettement dégradées en 2012 lorsque Tokyo avait «nationalisé» certaines de ces îles. Elles se sont depuis améliorées, mais des tensions demeurent, notamment en raison des patrouilles maritimes régulières réalisées par les deux pays autour des îles disputées.

Le chef de la diplomatie japonaise a salué les progrès réalisés en vue d’améliorer les relations avec Pékin, mais a également appelé la Chine à exercer plus de pression sur la Corée du Nord afin qu’elle cesse son programme nucléaire.

«Il est important de discuter de problèmes concernant nos deux pays, mais aussi que la Chine et le Japon soient l’un à côté de l’autre pour faire face à des problèmes globaux», a déclaré Taro Kono, soulignant que la Corée du Nord «est maintenant une question urgente pour l’ensemble de la communauté internationale».

Si les relations entre Tokyo et Pékin montrent des signes de réchauffement, le président chinois Xi Jinping et le premier ministre japonais Shinzo Abe ne sont en revanche toujours pas rencontrés sur leurs territoires respectifs.