La police turque, qui poursuit son enquête, a retrouvé lundi un véhicule du consulat saoudien, équipé d’une plaque d’immatriculation diplomatique «abandonné» dans un stationnement souterrain d’Istanbul.

Khashoggi: un meurtre «planifié», selon Ankara

ISTANBUL — La Turquie a affirmé lundi que le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi avait été «sauvagement planifié» et promis que «rien ne resterait secret» dans cette affaire, à la veille de révélations promises par le président Recep Tayyip Erdogan.

«Nous sommes face à une situation qui a été sauvagement planifiée et des efforts conséquents ont été déployés pour dissimuler» ce meurtre, a déclaré lors d’une conférence de presse à Ankara Omer Celik, porte-parole du parti au pouvoir en Turquie (AKP).

Quelques heures plus tard, le porte-parole du président Recep Tayyip Erdogan, Ibrahim Kalin, a accentué la pression en affirmant que «rien ne resterait secret» et que les enquêteurs turcs iraient «au fond de cette affaire».

Après avoir soutenu que le journaliste était ressorti vivant du consulat, les autorités saoudiennes ont finalement admis samedi que Khashoggi y avait été tué, mais ont nié toute préméditation.

Le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel Al-Jubeir a indiqué dimanche que Khashoggi avait été victime d’un «meurtre», évoquant une «opération non autorisée» par le pouvoir, dont Mohammed ben Salmane, dit «MBS», n’était «pas informé».

Trump pas satisfait

Des explications qui n’ont «pas satisfait» Donald Trump. «Nous en saurons très bientôt davantage», a dit à la presse le président américain, qui avait déjà évoqué la veille les «mensonges» de Ryad. Son gendre et conseiller Jared Kushner a de son côté conseillé à MBS «d’être transparent».

Dans la soirée, l’agence d’État saoudienne SPA annonçait que «MBS» avait reçu le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin.

M. Mnuchin, qui est en tournée dans la région, avait annoncé il y a quelques jours qu’il renonçait à participer au forum international sur l’investissement prévu à Ryad à partir de mardi, pour cause d’affaire Khashoggi.

Les deux hommes ont souligné «l’importance du partenariat stratégique entre l’Arabie Saoudite et les États-Unis», a indiqué SPA.